Nous sommes actuellement le 20 Mars 2019, 05:30

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]



Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 79 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : [Ep 1]End of the line
Message Publié : 06 Mars 2019, 22:26 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Ah ouais, zéro contexte et explication? Sympa comme début. »

« Oh, ça va. Si tu veux, on peut regarder Dora l'exploratrice, si tu as besoin qu'on te tienne la main? »

« Nonon, c'est bon. »

Le couple regarda alors défiler le générique du premier épisode...

L'écran changea pour un fond noir. Une musique entraînante commença alors, tandis que défilait les noms du casting et qu'une succession d'image s'enchaînait. Des hommes et des femmes en uniformes militaires variés, réunis autour d'un feu à discuter et manger. Un officier à l'air sévère derrière son bureau. Une femme à la peau blanche, les yeux brillant d'une lueur menaçante. Et les paroles d'une chanson s’égrainèrent lentement.

« Come ride with me
Through the veins of history
I'll show you a God
Falls asleep on the job.

And how can we win,
When fools can be kings?
Don't waste your time
Or time will waste you... »


La musique se fit plus discrète puis les scènes changèrent tandis qu'un couplet entraînant prenait le pas sur la musique.

« No one's gonna take me alive »

Un homme à l'uniforme gris maniant un énorme canon mitraillait des véhicules fait de bric et de broc pour permettre à ses camarades de reculer.

« Time has come to make things right »

Une femme en train de pianoter sur un écran holographique tandis qu'une marée de griffes et de croc se rapprochaient d'eux inlassablement, malgré le déluge de feu qu'ils lâchaient sur eux.

« You and I must fight for our rights »

Un énorme char défonçant un mur dans un dérapage et ouvrant la porte arrière, une femme déchaînant tir après tir précis de son fusil vers les ennemis à l'extérieur pendant qu'une autre aidait des civils apeurés à grimper.

« You and I must fight to survive! »

L'écran vira de nouveau au noir, laissant apparaître le motif de l'écusson que tous ceux à l'écran portait.

Image



« Okay. Bon, c'est pas si pire, en fait. »

« Ah, tu vois, tu sais faire preuve de gout. Maintenant, tais-toi, ça commence. »

« Bien chef. »

Tranquillement installé, le couple grignotait son pop-corn en regardant l'écran...

_____________________________________________________________________
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 07 Mars 2019, 18:56 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Merde! »

Lena pestait et grommelait en traversant les coursives à vive allure vers le pont d'embarquement. Elle était visiblement pressée. Jetant un oeil à sa pix-tablette, elle accéléra encore la cadence, bousculant un groupe de soldats qui l'insultèrent dans son sillage. Elle ne prit même pas le temps de s'excuser, de toute façon, personne ne l'écoutait jamais.

« Pourquoi je me suis habillée comme ça, aujourd'hui, bordel! »

Son pantalon en nano-fibre était fait pour l'exercice physique mais sa veste, non. Son attirail ballotait dans tous les sens et la ralentissait mais elle ne pouvait pas s'en débarrasser en courant, sans les rituels nécessaires. C'eut été... risqué. Ses cheveux court et blanc au moins ne la gênaient pas outre mesure, bougeant au rythme de ses enjambés et encadrant toujours son visage à la peau bleutée, particularité génétique des gens de son monde.

Après plusieurs minutes à courir, elle arriva finalement au hangar principal mais trop tard, elle voyait déjà la navette partir, quittant son emplacement pour être déployée sur le monde:

« Merde! »

Lena se mit alors à tousser durement, crachant littéralement ses poumons.

Faut que j'arrête ces merdes, moi...

Elle sortit alors son paquet de cigalho et s'en alluma un, inspirant profondément en reprenant son souffle avant d'exhaler la fumée. Ce qui attira l'attention et l'opprobre d'un des maîtres de quai:

« Hé mais vous vous croyez où, là? Il est interdit de fum- »

L'homme s'était arrêté en voyant l'insigne que portait la jeune femme. Instinctivement, il se mit à se signer et faire le signe de protection contre le mauvais oeil. Une Psyker. Lena était de ces mutants "acceptés" par l'Humanité, nécessaires à la survie de l'Imperium. Et de fait, elle devait ostensiblement le montrer aux gens autour d'elle en arborant le symbole de l'Adeptus Astra Telepathica. Bien sur, cela faisait d'elle une sorcière, du moins pour les gens assez gentils pour l'appeler comme ça. Mais la plupart ne l'était pas et la considérait comme un monstre et une aberration qu'il aurait mieux valu exterminer au berceau. Cela constituait une barrière entre elle et les gens, barrière qui la privait de la plupart des contacts nécessaire au bon équilibre de l'esprit humain. L'amitié. La camaraderie. La débauche. Les beuveries. L'amour. Mais surtout le sexe, c'était ce qui manquait le plus à Lena depuis qu'elle avait entamé son apprentissage. Cela pouvait être dangereux, lui avait-on rappelé à la Schola Psykana. Cela faisait déjà 10 ans et elle avait encore 10 ans à tenir. Et 10 ans, c'était long...

Oui, enfin, c'est pas comme si les candidats se bousculaient au portillon pour passer la nuit avec moi. Pourquoi j'ai été passer ces foutus tests...

Voyant le maître de quai, l'adepte s'approcha de lui précipitamment:

« Pourquoi cette navette part-elle avec 7 minutes d'avance? Mes hommes sont à bord! Où part-elle? »

L'homme, visiblement effrayé, tenta de répondre:

« Navré, adepte. Elle part actuellement vers le front Ouest, dans la péninsule de Kolius. Une de nos navettes a souffert d'un accident et cela a libéré une place dans la chaîne de départ. Cela a été approuvé par le maître de pont et vous pouvez aller déposer une réclamation auprès de lui, si vous le souhaitez. »

C'est ça, tout pour que je te laisse tranquille.

« Ce n'est rien, maître de quai... »

Du coin de l'oeil, elle remarqua une navette pénitentiaire qui se posait du coté des arrivées et demanda:

« Et ça, qu'est-ce que c'est? »

Toujours gêné, l'homme s'avança et vérifia les données sur sa tablette de poignée:

« Ca, c'est la navette 426-XB. Elle est en retard de 2 jours... Problèmes de compression interne qui les ont forcé à ralen-... Hé! »

L'homme vit s'éloigner Lena d'un pas sur en direction de la navette et décida, que pour son propre bien, il allait aller voir ailleurs.

___________________________________________________________

La navette dégageait un nuage de vapeur et se couvrait de givre, résultat du choc thermique entre l'extérieur et l'intérieur. Des adeptes du Mechanichus tournaient autour de cette dernière, la bénissant avec leurs encensoirs et appelant l'esprit de la machine à s'apaiser. Lena resta à l'écart, leur laissant le temps d'accomplir leur tâche, connaissant la valeur essentielle de leur travail. Après quelques minutes, finalement, la porte latérale put s'ouvrir et des hommes en uniforme du commissariat sortirent alors. Lena en profita alors pour les toper:

« Hep, messieurs. Bienvenus à bord. Dites-moi, vous transportez des prisonniers là-dedans? »

L'un des commissaires opina du chef et laissa ses camarades partir au mess pour s'occuper de la nouvelle arrivée:

« C'est bien cela, madame. De nouvelles recrues pour la Légion Pénale. Pourquoi cette question? »

Sortant son insigne de la 13ème, elle l'exhiba devant le commissaire qui s'autorisa un petit rictus:

« Oh, je vois. Vous voulez leurs dossiers? »

« Si ça ne vous ennuie pas... »

« Avec plaisir. Une juste punition pour ceux qui bafouent la Loi Imperiale. »

Échangeant quelques autres civilités le temps que le transfert de données ne s'effectuent, elle laissa partir le commissaire non sans s'arrêter un instant pour admirer son derrière en soupirant. Puis elle pénétra dans la navette.

___________________________________________________________

Les problèmes de compression n'étaient pas monnaie courantes dans la Marine Imperiale mais ils faisaient partie de ces problèmes bénins qui n'empêchaient pas le voyage. Au grand dam des passagers. La gravité et les générateurs d'oxygène ainsi que d'humidité se mettaient à dérailler complètement et ça rendait au mieux les choses inconfortables. Au pire, et bien, disons que les gens n'avaient plus grand chose à vomir en arrivant a destination. Si tant est qu'ils survivent jusque là.
Lena arriva à la première cellule et l'ouvrit. A l'intérieur, un homme en uniforme gris, portant menottes et magné-bottes s'y trouvait:

« Soldat... Varro? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 07 Mars 2019, 21:15 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur
Artilleur

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 1895
Soldat...Varro?

La voix de la jeune psyker résonnait dans l'esprit encore embrumé du soldat. Et de l'abîme de ses souvenirs, une voix y répondait, rauque et autoritaire, crachotant dans son micro-vox.

« Varro... je répète, à la section Sigma-27 chargée du périmètre de défense du secteur Varro. Contact perdu avec l'équipe de reconnaissance, progression rapide de bio-organismes xénomorphes signalée vers votre position. Défendez là n'importe quel prix, je me fais bien comprendre? Terminé. »

Au fond de la banquette, une silhouette s'anima, relevant son crâne chauve à l'appel de son nom.

Varro, ils m'ont collé le nom de cet enfer avant de m'envoyer ici. C'est contre un mur que je m'attendais à finir après ce qui est arrivée, une haie d'honneur face à moi et une ultime salve tirée à mon adresse en remerciement de mes services. Le sort réservé aux criminels. Au lieu de ça, ils m'envoient ici. Les voies de l'Immortel Empereur sont bien insondables...

Se redressant, dans un cliquetis d'acier qui lui barrait les poignets, le soldat s'avança. La lumière de l'extérieur dévoilait tour à tour sa silhouette râblée, sa mine patibulaire et inexpressive, et ses yeux d'un bleu délavé qui lui donnait un air peu engageant. Il était rare de voir un homme de Krieg à visage découvert, et c'était sans doute très bien ainsi, finalement.

« Soldat 87014-268, au rapport madame. »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 07 Mars 2019, 22:07 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
La jeune femme détailla le prisonnier de pied en cap avant de simplement ajouter:

« On va rester sur Varro. Ou le surnom que vous vous trouverez. Les chiffres, c'est pas mon truc.

Je lis dans vos états de service que vous avez suivi la formation avancée au maniement des armes lourdes et un stage de spécialisation en destruction. Vous avez également servi sur Tarsis Ultra, durant l'attaque de Kraken.

C'est bien ça? Remarquez, même si c'est pas vous, on s'en fiche. Lena Von Henger. Pouvez m'appeler Lena. Ou madame Von Henger. M'en fiche tant que ça reste correct. Je suis l'officier en second de la légion pénale chargée de vous recruter. La XIIIème a besoin de sang neuf et, coup de chance, c'est tombé sur vous.

Donc, suivez-moi, je vous prie. »


Se retournant sans même un coup d'oeil vers l'arrière, Lena se dirigea donc vers la cellule suivante. Elle semblait... Pressée. Après un rapide pianotage, la porte s'ouvrit et Lena parla sans lever le nez de sa tablette:

« Formation de tireur d'élite? Intéressant. On en a rarement... En général, ils ne se font pas attraper... »

Relevant le nez du dossier, elle observa la personne à qui elle s'adressait avant d'ajouter:

« Je vois que vous venez de Tallarn et je ne sais plus si ils mettent le nom en premier ou en deuxième... Donc soldat... Noor? Ou Berkane? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 08 Mars 2019, 14:29 
Hors-ligne Foudre de guerre
Avatar de l’utilisateur
Sniper

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 4586
« Mmmh ? » avait tout d'abord répondu la silhouette en se risquant à ouvrir un œil, lequel se fit prestement éblouir lorsque la porte de sa cellule temporaire s'ouvrit.

Adossée contre un mur, la forme féminine -quoique charpentée- semblait s'être endormie durant le voyage, ou tout du moins somnolé faute d'avoir autre chose à faire... à moins que ses yeux marrons, anciennement clos et en train de s’accommoder de mauvaise grâce à la lumière nouvelle, l'étaient à cause de l'accident de compression, rendant de ce fait le déplacement encore plus horrible que prévu pour la jeune femme peu habituée aux espaces clos et encore moins aux secousses en milieu spatial, comme semblait l'attester la peau habituellement hâlée de son visage buriné, anormalement blafard en cet instant. Non ? Si ?

Tout le monde s'en foutant, elle la première vu que son corps était arrivé à destination par la bonne grâce de l'Empereur au lieu d'au mieux se retrouver étalé tout court, au pire étalé au beau milieu d'une belle couche de vomi entre deux escales (qu'on ne dise pas que les habitants des mondes désertiques sont dépourvus de sensibilité poétique après ça) , la tireuse d'élite se leva lentement, encore un peu groggy, lorsque la personne à la tablette la désigna sous cette appellation tout en la piquant sur le fait qu'on ne voyait pas souvent des gens dans son genre dans le coin.
A cela, l'incarcérée ne répondit rien... pour plusieurs raisons : Parce que ce n'était globalement pas dans son tempérament de soldat de vouloir corriger les dires d'autrui alors en tant que prisonnière encore moins, déjà. Que son -ancien- supérieur lui avait dit qu'on reconnait aisément un Psyker quand on en croise un et que si par malheur ça arrive, il vaut mieux éviter de les énerver, ensuite. De surcroît lorsque la "peau bleue" vous ayant ouvert la porte arborait l'insigne de l'Adeptus Astra Telepathica, que la gardienne du Tallarn n'était que motivée par l'envie de boire afin de faire passer ce sale goût (de compression) qui lui avait envahi la bouche, et que pinailler sur ce qu'elle estimait n'être que "des détails" l'éloignerait sans conteste de ce simple but, enfin.

Quelques cliquetis métalliques résonnèrent dans la pièce, signe que la snipeuse avait tenté de s'approcher d'un pas tant bien que mal avec cette maudite paire de bottes savamment conçue pour être la paire de chaussures la moins confortable de la galaxie. Puis d'autres suivirent, après avoir dégagé les mèches rebelles de sa vue en secouant sa tignasse chatinô/blonde, sensée être coiffée d'une longue tresse, mais passablement défraîchie par le séjour ainsi que par l'évidente impossibilité technique de se passer les mains dans les cheveux ; Ajouter à cela l'uniforme gris unisexe et Noor faisait encore plus garçonne qu'elle en avait l'air.
Humectant ensuite brièvement ses lèvres avec sa langue, elle s’efforça d'afficher une mine suffisamment éveillée afin de répondre aux questions essentielles posées par la tablette-woman.

« Pour une fois ils l'ont écrit dans le bon sens...
Noor est mon prénom, Berkane mon nom de famille. Callsign "Kadji" . Je faisais parti du régiment des "Hyènes tachetées" , la 223ème infanterie de Tallarn, dans la compagnie menée par le Sergent Bentakouk et... »


Tandis que Noor énumérait ses mots calmement, de façon presque machinale, une de ses mains dépassant de ses menottes semblait elle être animée d'une autre conscience tant elle pinçait nerveusement un des passants de ceinture de sa tenue de détenue. Comme s'il lui manquait quelque chose.

« ...je ne sais pas pourquoi je raconte ma vie puisque tout doit être dans votre bidule. M'enfin j'suis votre dossier, si c'est ce que vous vouliez savoir Madame » conclut-elle finalement en espérant que la Psyker n'avait d'autres interrogations qui ne feraient que de la déshydrater davantage.

Edité : 09 Mars 2019, 01:19 par Magus (2×)
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 08 Mars 2019, 21:41 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Hm, hm, j'ai bien tout ça ici mais j'aime bien entendre les gens donner leurs états de service. Ca me permet de sonder pour voir si il s'agit bien d'eux. Bien, donc, Noor, bienvenue dans la légion pénale. Varro te briefera en chemin. Allez, hop, on se lève. On a du pain sur la planche. »

Lena se dirigea donc vers la cellule suivante et hésita avant de pianoter sur le clavier. Puis elle se ravisa:

« Non, non, pas celui-là. »

Elle passa alors à la porte suivante, le nez sur sa pix tablette avant d'ouvrir la porte et de lancer à l'occupant de la cellule:

« C'est quoi votre problème sur Krieg avec les chiffres? Donner un nom et un prénom, c'est pas plus simple? Sérieusement, heureusement qu'on en a pas souvent parce que sinon, ça serait d'un chiant. Une préférence sur la façon de vous appeler ou bien, je choisis pour vous, soldat... Sept mille trois-cent trente et un tiret mille quatre cent cinquante trois?

Vous confirmez que vous avez passé vos brevets de pilote avec brio? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 08 Mars 2019, 22:28 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur
Pilote

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 10342
C'était probablement un homme, mais on ne pouvait pas en être à 100% certain, les formes de son corps étant cachées cette combinaison gris informe. Qui pourtant montrait une impudeur extrême, comparée à ce que que 7331-1453 portait habituellement. Assez maigrelet, le blond cheveu mi-long lui retombant sur le visage, le visage assez fin mais couvert de crevasses et cicatrices, le krieg leva à peine les yeux quand la femme - non, la psyker - entra dans son compartiment.
7331-1453 l'écouta d'une oreille distraite. Jusqu'à e qu'une question lui arrache un sourire ... ce qui, sur son visage, paraissait plus douloureux qu'autre chose.

« Brio, c'est peu de le dire madame. J'ai piloté tout ce qui roule ou qui vole dans les airs de trois planètes. Du moment que c'est mécanique, je suis le krieg de la situation.

Mon matricule, c'est mon nom madame. Mais si vous préférez des mots, ... »

7331-1453 haussa les épaules.
« Teel ? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 08 Mars 2019, 23:03 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Va pour Teel. »

Pianotant sur le clavier holographique, elle modifia les informations avant d'ajouter:

« Bon, et bien, cela fait de vous le pilote de cette joyeuse équipe. Bienvenu dans la légion pénale, soldat Teel.

Bon, il me reste qui sur ce manifeste... Hmmm, non, non

Non plus.

Ah ah, sérieusement? Il a fait ça? C'est culotté. Enfin, bon, c'est non.

Hrm... Ça nous laisse plus grand choix tout ça. Bon, allez, faudra faire avec. »


Revenant a la porte qu'elle avait évité un peu plus tôt, elle l'ouvrit:

« Artificière Guimaïev ? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 09 Mars 2019, 15:14 
Hors-ligne Nécromancien
Avatar de l’utilisateur
Boom.

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1327
Pour qui savait écouter, un claquement de métal se faisait entendre de sa cellule avant même que la porte ne s'ouvre. Un signe que son occupante était bien debout et s'agitait déjà. Pas qu'elle ne fut particulièrement aux aguets ou faisait preuve de suffisamment d'intuition pour deviner que quelqu'un viendrait la chercher. Plus probablement s'était-elle déjà levée d'excitation dès que la psyker avait pénétré dans le vaisseau. Peut-être même avant. Dans tout les cas, la lumière qui balaya la salle laissa en effet petit à petit apparaître la criminelle, droite comme un i et sagement immobile en plein milieu du peu d'espace qui lui était disponible. Pas bien grande et semblant pourtant essayer de s'étirer au maximum, comme si elle avait pouvoir y gagner quelques centimètres. Pas bien spéciale d'apparence, si ce n'était de longues cicatrices de brûlures ça et là, sur ses bras découverts et surtout son visage. Pas bien dormi et pourtant les grands yeux bruns, rieurs, vifs et bien ouverts, fixés sur la psyker.

« Yep !
Madame. »


L'artificière tenta, comme elle le pouvait et dans un déluge sonore de métal, de faire le signe de l'Aquila sur sa poitrine. Sans grand succès, entravée comme elle l'était par ses menottes mais, allez, l'intention y était. Si Anita avait été incommodée par le voyage et ses incidents, elle le cachait bien. Littéralement d'ailleurs si on en croyait l'odeur lourde et acide de vomi qui flottait dans la pièce. Et les traces verdâtres qui semblaient courir sous sa couchette, laissant penser que quelqu'un avait tenté de rapidement cacher ses méfaits. Et le teint encore pâlot de son visage encerclé d'une large touffe de cheveux blancs frisés qui, si on en croyait leur aspect, les taches plus foncées qui apparaissaient ici et là et les quelques mèches collées sur son visage par la sueur, avaient connu des jours meilleurs.

« J'préfère Anita. Ou Cabal. Madame. J'y réponds mieux. »

On pouvait sentir la native de Vresh faire des efforts particuliers pour faire preuve de respect et de déférence à l'égard de sa supérieure. Pas qu'elle en manquait, encore que ça avait pu être le cas fut un temps. Mais d'aucuns s'accorderaient à dire qu'elle n'avait plus grand chose à voir avec la personne qu'elle était à cette époque, aussi bien physiquement que mentalement. Et aussi bien pour le meilleur que pour le pire. Mais actuellement, elle ne pouvait qu'avoir la plus grand estime pour aussi dévouée servante de l'Empereur. Surtout quand cette dernière lui offrait une chance de se racheter et de continuer à Le servir. Alors même que l'artificière avait tout à fait accepté son sort lorsqu'elle pensait être condamné à mort - à mort plus directe en tout cas. Et qu'elle ne pensait pas tout à fait mériter une telle sentence.

Jetant un coup d'oeil en direction du blason de la XIIIe sur l'uniforme de la psyker, l'artificière ajouta :

« C'est un honneur madame. On commence quand ? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 09 Mars 2019, 22:35 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Bientôt, bientôt. L'enthousiasme, j'aime ça. Évitez de faire sauter vos petits camarades, cette fois, d'accord? Bon, bon, bon...

La dernière... Hrm... »


Lena se dirigea alors vers la porte de la pièce et quitta la pièce des cellules. De là, elle suivit la coursive jusqu'à une autre salle où des robots sentinelles attendaient, en veille, laissant présager du pire. Inspirant profondément, la psyker pianota sur sa tablette et grommela:

« Allez, hop, un peu d'exercice. Qui m'aime me suive! »

Von Henger avança alors jusqu'à la porte et commença à la tirer pour la déplacer, après avoir fait tourner la manivelle qui activait les vérins ancrés dans la coque. Elle pesait son poids, à n'en pas douter et semblait prévue pour ça, sa masse servant de barrière naturelle contre ce qui pouvait se trouver à l'intérieur. Epaisse de deux dizaines de centimètres, on pouvait y voir un blindage en adamantium surmonté d'une épaisse couche d'acier. Et lorsque la porte commença à se mouvoir, les sentinelles se réarmèrent et leurs canons laser visèrent la silhouette qui apparut alors à travers la vapeur. Visiblement, elle n'avait pas eu de problème de décompression, elle, sa cellule ayant son propre système interne. La femme à l'intérieur arborait un uniforme cadien, à n'en pas douter, et Lena demanda simplement en se reculant:

« Prisonnière Darkwalker? »

Les canons se mouvaient dans les vrombissements de leurs servomoteurs, suivant la silhouette dans la cellule...
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 18:12 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 7128
Localisation : Isère
La vapeur masqua le léger sourire de Sylana lorsque la porte en adamantium s’ouvrit. Tant de précautions pour elle ! Malgré sa frêle constitution, ses tauliers avaient pris soin d’introduire l’officier déchue dans une cellule ultra-sécurisée. Certainement la seule sans connexion électronique accessible, comme elle avait pu le constater en sondant les murs de sa prison centimètre par centimètre pendant le voyage...
Au fur et à mesure que la vapeur s’estompait, Léna et les quatre tolards qui la suivaient purent apercevoir une silhouette résolument féminine, debout et immobile, les mains croisées dans le dos, les fixant d’un regard à la fois déterminé, triste, et curieux.
La « prisonnière Darkwalker » arborait un maquillage léger qui complétait une mise vestimentaire soignée et sans faux-plis malgré le voyage. Une mèche rebelle de cheveux coulant le long de son front, plutôt qu’être regroupée dans son chignon à l’arrière de son crâne, représentait la seule fausse note de son impeccable tenue. Un œil attentif remarquerait l’absence de grade à la tenue pourtant militaire.

Les Darkwalker, depuis que cette famille s'était élevée socialement, plaçaient leur honneur dans l’engagement militaire. Les murs de la salle de bal de la demeure familiale historique suffisaient à peine à contenir les médailles impériales des ancêtres héros de guerre, acquises sur tous les fronts de Cadia et de l’Empire durant le dernier millénaire.
Ses diplômes d’ingénieur en poche, être promue officier dans l’armée Cadienne avait été, en plus de la prise de responsabilité évidente, un aboutissement personnel pour Sylana. Ainsi, le souvenir du jugement la concernant, la cérémonie publique de dégradation, poignardaient encore douloureusement la mémoire de la jeune femme. Pour mieux combattre l’ennemi, ou plutôt par une curiosité mal placée, elle avait cherché des connaissances auxquelles elle n’aurait pas dû avoir accès. L’imprudente s’était fait prendre. Et encore heureux que ses bourreaux n’aient pas découvert l’ampleur de son érudition... Sylana ne fit pas appel de la décision du juge, juste.
La déchéance de Sylana fut prise comme une trahison par sa famille. Personne ne parlerait d’elle aux enfants, son nom s’effacerait de la généalogie, et d’ici un siècle ou deux, plus personne chez les Darkwalker ne se souviendrait même d’elle. A sa mort physique inexorable s’ajouteraient le déshonneur et l’oubli. Sylana serait anéantie, au sens propre du terme.

Mais par la grâce de l’Empereur, on lui avait offert la possibilité de servir dans la Légion Pénale. L’armée, l’honneur, voilà comment elle avait toujours aspiré à vivre, et voilà qu’on lui permettait de continuer à le faire. Et bien soit ! Que le nom de Sylana E. Darkwalker raisonne encore pour l’Empereur, et ce jusqu’à sa mort.


Pour l’heure, Sylana E.Darkwalker observait Léna, se doutant que celle-ci serait sa prochaine supérieure. L’appellation "Prisonnière Darkwalker" provoqua un pincement dans son cœur, mais elle n'en laissa rien paraître.
« Aux ordres de l’Empereur, Madame... » lui répondit-elle en s'avançant d’un pas volontaire, les mains le long du corps. La femme, une psyker de toute évidence, ne s’étant pas présentée, Sylana ne pouvait l’appeler par son titre.
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 20:17 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Moui, moui, moui. Je suis Lena Von Henger, commandant en second de la 13ème légion pénale et maintenant que vous êtes tous réunis, suivez-moi. »

La psyker désactiva les serviteurs d'armes, qui retournèrent à leur veille dans un vrombissement mécanique, et repartit par là où elle était venue, suivant les coursives jusqu'à la porte, en briefant sa petite troupe:

« Nous sommes sur l'Indomptable, un porte-navette de classe 4, au dessus de Berzandium IV. Une seconde... »

Arrivée à la porte, elle pianota sur le panneau de commande et les magné-bottes se déverrouillèrent, libérant les pieds des 4 prisonniers en ayant fait les frais. Lena attrapa alors une clé et retira les menottes des prisonniers en ajoutant:

« Si je vous dis ça, c'est parce que nous sommes à bord d'un vaisseau et que vous n'avez absolument aucune chance de vous échapper. Donc évitez de faire les malins et vous vivrez jusqu'à demain. Suis-je claire? »

Portant la main à son oreillette, elle ajouta simplement:

« On arrive, Colonel... 5... Oui mais il ne restait que ça... Bien, monsieur. »

Von Henger descendit alors sur le pont, avançant rapidement à travers le quai, évitant les manutentionnaires et autres techno-prêtres sur son chemin. Elle guida donc sa petite troupe jusqu'aux "bureaux" de la XIII ème légion. A savoir le mess. A l'intérieur se trouvait l'homme connu sous le nom de Schaeffer. Mangeant du porridge en silence, l'homme jetait un froid par sa simple présence. En fait, non, il faisait froid dans le mess et de la buée émanait des bouches des présents. pas plus de 5°. Un pistolet à plasma enveloppé d'un halo de brume se trouvait à coté de l'assiette du colonel et il ne leva même pas les yeux à l'arrivée des prisonniers. Lena ne bougeait pas, attendant les consignes et deux minutes s'écoulèrent avant que le colonel ne daigne parler, toujours sans lever le nez de son assiette:

« Vous savez pourquoi vous êtes là? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 21:37 
Hors-ligne Nécromancien
Avatar de l’utilisateur
Boom.

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1327
Anita ne put cacher une pointe de curiosité devant la cellule de Darkwalker. C'est que la prisonnière avait du commettre un crime particulièrement grave pour qu'elle ait le droit à un tel traitement de faveur. Si l'artificière était totalement honnête avec elle-même, elle devrait admettre qu'une pointe de jalousie l'avait un moment parcourut. Et, si elle ne pouvait être totalement admirative de quelqu'un qui, pour se retrouver là, avait du trahir les préceptes de l'Empereur d'une manière ou d'une autre, il y avait tout de même en elle un certain respect naissant. Qu'elle ne manifesta qu'en un simple et pudique salut de tête quand la prisonnière s'avança en direction du groupe. Puis en agitant très largement ses deux mains menottées en direction de l'officier déchue. Et enfin en se rapprochant d'elle, envahissant sans hésiter son espace personnel et en abordant le sujet qui l'intéressait vraiment avec la même subtilité que celle d'un char d'assaut qui tente un détour :

« He ! T'es là pour quoi toi ? T'es pas mal forte pour avoir le droit à une sécurité pareille non ? »

L'artificière apprécia alors de se débarrasser du verrouillage magnétique et des menottes, massant un moment ses poignets endoloris d'avoir été enfermés si longtemps. Elle s'étira ensuite longuement, ne retenant à peine un bâillement, le tout dans un bruit de craquément d'articulations. Elle suivit Von Henger, ses bras derrière la tête, profitant de sa liberté temporaire et de la perspective future d'aller se friter avec des ennemis de l'Empire en sifflotant. Elle retrouva néanmoins un semblant de sérieux lorsque le groupe arriva dans le mess, se plaçant avec gravité à côté de ses compagnons après avoir fait un salut militaire à l'officier supérieur. Quand ce dernier se décida à briser le silence qu'elle-même n'avait pas osé rompre, elle hésita un moment à répondre, ne trouvant rien de très malin à rétorquer. Puis, abandonnant cette réserve, elle se lança finalement, tentant avec un sérieux qui ne semblait pas feint :

« Parce qu'on est les meilleurs des meilleurs, monsieur ? »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 21:55 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 7128
Localisation : Isère
Sylana haussa un sourcil intéressée. La XIIIième... celle où on a une chance sur un milliard d’en sortir ? Tiens donc. Elle ne pensait pas obtenir autant de faveur. Elle comprit que cette faveur était plutôt due à la chance, Lena étant certainement censée obtenir d’autres recrues et s’était rabattue sur eux cinq.
Elle eut un petit rire à la demande tout en finesse d’Anita. Forte, moi ? La fille qui la collait ne s’était pas présentée, elle proposa donc : « Lieut... heu... je m’appelle Sylana Edwright Darkwalker. Mais on ne prononce pas Edwright, c’est juste le nom de mon père. Et toi ? »

Devant celui qui devait être le Colonel, elle attendit patiemment que celui-ci veuille bien leur adresser la parole. Sa réponse ne fut pas la même que celle d’Anita : « Pour servir l’Empereur, mon Colonel. » Par là, elle montrait qu’elle était prête à tout, et que la dangerosité de la mission importait peu.
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 22:02 
Hors-ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17789
« Vous avez trahi l'Empereur, tous autant que vous êtes. »

Le colonel posa sa cuillère calmement à coté de son assiette et leva enfin les yeux vers la petite troupe. La température sembla chuter de quelques degrés de plus et on aurait pu croire voir du givre couvrir quelques tables. Dans son uniforme de la garde, le colonel faisait peur à voir. Son visage était couvert de cicatrices et son regard bleu acier faisait détourner les yeux de quiconque le fixait trop longtemps. Il arborait l'insigne de la XIII ème légion pénale sur son uniforme, à coté de ses galons de colonel mais également l'insigne du Commissariat. Et sur son torse trônait la plus grande distinction qui puisse être remis à un soldat, rarement remise de leur vivant: l'Honorifica Imperialis. Schaeffer dévisagea chacun des prisonniers avant de simplement enchaîner:

« De tous les êtres vivants sur les terres du Saint Empereur, vous êtes la lie de l'humanité, uniquement surpassé en déchéance par les adorateurs des Puissances de la Ruine. Vous aviez prêté serment de servir fidèlement l'Humanité et la Garde, et vous avez bafoué ce serment, trahissant non seulement votre parole mais aussi Celui qui s'est sacrifié pour nous sauver durant les Jours Sombres. »

L'officier attrapa son pistolet plasma en se relevant, en vérifiant le cran de sûreté:

« Mais l'Empereur reste clément. Là où vous auriez du rejoindre une des 12 légions pénales pour affronter la mort dans les conditions les plus horribles, Il vous a accordé dans Sa mansuétude la chance de pouvoir servir dans MA légion pénale. Je ne suis pas Lui, je ne suis pas plein de bonté, vous voudrez m'insulter de tous les noms et je ne vous en voudrais pas parce que, croyez-moi, je vais vous en faire baver mais je considère que chacun devrait avoir le droit de s'amender de ses crimes devant l'Empereur. C'est la raison pour laquelle vous êtes là, pour pouvoir vous racheter.

Maintenant, ma question est simple: acceptez-vous de servir, de m'obéir et d'accomplir les missions que je vous confierai? Si vous survivez et accomplissez 5 missions de la XIIIème, vous vous verrez offrir la grâce impériale et pourrez retourner à vos vies civiles ou à vos régiments respectifs. Si vous mourez en chemin, c'est qu'Il ne vous aura pas jugé digne de Son pardon, dans vos actes ou votre attitude.

Ce ne sera pas facile. Vous avez plus de chances de mourir ou de succomber à la folie que n'importe quel autre soldat de la Garde et j'ai vu peu de braves arriver au bout de leur engagement dans la XIIIème mais ceux qui ont réussi ont pu reprendre leurs vies là où elles s'étaient arrêtées, leurs casiers effacés.

Donc, vos réponses? »


Le silence s'installa. Le colonel observa calmement tous les prisonniers, attendant qu'ils lui répondent, le pistolet dans sa main ne laissant guère de doute quand à ce qu'il se passerait si la réponse s'avérait négative...
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 22:18 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur
Pilote

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 10342
7113-1453 leva les yeux au ciel quand la petite femme avait tenté un trait d'humour. Et les avait levé derechef quand le colonel les avait accusé de trahison. Il ignorait ce qu'avaient fait les autres, mais il savait pertinemment ce qu'il avait fait lui, pour se trouver dans cette situation inhabituelle.
L'officier semblait attendre une réponse, que le blond envisagea de lui donner.
L'ayant envisagé, "Teel" le fit.

« En dépit de ce qu'on dit mes juges, je n'ai jamais cessé de Le servir.
Que ce soit ici ou dans mon ancien régiment, ma vie est entre Ses mains. Et les vôtres, colonel. »


Le krieg avait un regard fixe, semblant incapable de flancher, alors que son visage restait terriblement morne et peu expressif. Un krieg quoi.
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 10 Mars 2019, 23:23 
Hors-ligne Foudre de guerre
Avatar de l’utilisateur
Sniper

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 4586
Un Kriegman patibulaire qu'il faudra remercier pour son fantastique briefing, un autre pilote à l'instar de son -à présent ex- petit-ami, une artificière ayant l'enthousiasme si explosif que c'en était apparemment devenu littéral par son passé, puis une Cadienne tirée à quatre épingles au point d'être maquillée même en étant prisonnière, mais dont le fait d'avoir sa propre cellule personnalisée portait à croire qu'elle devait avoir commis un crime pire que le sien et celui de ses "collègues" détenus réunis... Noor n'en savait encore qu'en penser et ça tombait bien, vu que ce n'était pas ce qu'on lui demandait à l'heure actuelle.
Conformément à ce qui lui était demandé donc, elle avait suivi le mouvement sans chercher à faire d'histoires. Autant par effet secondaire de la déshydratation que pour laisser à la Psyker le soin de leur expliquer à quelle sauce les prisonniers allaient à présent être mangés : N'ayant d'abord eu comme uniques indications des injonctions à base de "C'est l'heure de ton transfert grouille-toi" et "Rentre là-dedans et plus vite que ça" de la part du Commissaire ou des membres de la Marine avant d'arriver ici, puis un tonitruant "Bienvenue dans la Légion Pénale" de la part de Léna il n'y a même pas dix minutes, les détails restaient encore un peu flous dans sa tête, bien que la native de Tallarn se doutait depuis lors que la suite ne s'annonçait pas très champêtre.
Au moins la jeune femme était heureuse de ne plus se retrouver enfermée entre quatre murs, d'avoir l'occasion de se dégourdir un brin les jambes, et surtout de ne plus avoir de magné-bottes ou de menottes entravant ses mouvements, sentiment qu'elle exprima en adressant un signe de remerciement de la tête à l'officier supérieure lui ayant ôté ses liens avant de prestement remettre un peu d'ordre dans ses cheveux tout en marchant vers le bur... mess.

Où une figure aussi froide qu'une nuit d'hiver dans le désert, aussi couturée que les « Tamthals » porté par les siens et surtout, au pedigree que la snipeuse n'aurait cru voir en face même dans ses rêves les plus fous... les y attendaient.
Silencieusement.
Longtemps.
Très longtemps.
Tellement longtemps que Noor, aux mains maintenant libérée, commençait sérieusement à envisager vouloir piquer un coup à boire lorsque la démolisseuse aux cheveux blancs brisa le silence d'une façon disons... si singulière... que la tireuse d'élite en ouvrit légèrement la bouche par surprise : Dire ça, comme ça, à un Colonel, responsable de la Légion Pénale et pas n'importe laquelle vu qu'il s'agissait de la 13ème, c'était... osé !

Mais elle a séché ses premières années de Garde ou elle en a tellement plus rien à foutre qu'elle en fait exprès ?

Mais sans doute que le Colonel devait être habitué à ce genre de tête brûlée, étant donné que celui-ci leur expliqua enfin les détails de leur venue sans tenir rigueur de ce trait d'esprit.
Aux rappels des faits, entre autre comme quoi le quintet représentait la lie de l'Humanité pour avoir trahi le Très Saint Dieu-Empereur de l’Humanité, l'ancienne soldate n'en menait pas large puisque depuis le jour de son arrestation, elle se détestait jusqu'à soi-même. Et à l'instar de sa claustrophobie, ce sentiment n'avait fait que de se renforcer au fur et à mesure de son enfermement, au point de se dire que la chance qu'il lui était offerte aujourd'hui de se racheter ne devait être que le fruit d'une erreur. Ou alors son porte-bonheur, habituellement accroché sur ses habits mais qu'on lui avait retiré en prison, faisait encore son petit effet, qui sait ?

Toujours est-il que méritée ou non, une (mal)chance sur un million de s'en sortir au mieux avec l'honneur lavé, au pire en partant avec ledit honneur, ne pouvait décemment se refuser lorsque cela se présentait. De plus, la jeune femme avait toujours été quelqu'un de joueuse et savait pertinemment qu'accepter serait toujours mieux que de croupir éternellement en cellule ou de finir sa vie en condiment pour porridge.
Alors Noor s'avança vers Schaeffer, puis sortit enfin de son mutisme pour lui annoncer :

« Ça me va, mon Colonel. »

En plus d'après le chef himself, il parait qu'on a le droit d'insulter son supérieur en rejoignant la 13ème. Ou un truc du genre : Ça lui rappelera le langage fleuri de son ancien régiment tiens !

Edité : 11 Mars 2019, 11:57 par Magus (2×)
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 11 Mars 2019, 01:18 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur
Artilleur

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 1895
87014-268 avait écouté les autres professer leur engagement d'un air absent, massant son poignet endolori.

Revenir sur le passé était inutile.
Expliquer ou justifier était inutile, quand bien même il agirait à nouveau de la même façon dans les mêmes circonstances. Tout ce qui importait, c'est qu'il était encore en vie, ce qui voulait dire que sa dette envers l'Empereur n'avait pas été totalement payée. Que ça soit la couardise d'un commissaire, ou la sédition de ses anciens compatriotes des siècles avant lui, ça ne faisait aucune différence.

Un krieg se bat pour retrouver grâce à Ses yeux, portant la culpabilité de ses pairs. Et même un homme qui n'a plus rien peut encore faire don de sa vie, pour laver les fautes de ceux qui l'ont précédé. Son poing vigoureux se serra alors qu'il hochait la tête à son tour.

« Je servirai la volonté de l'Empereur jusqu'à mon dernier souffle. Je suis à vos ordres, mon colonel. »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 11 Mars 2019, 11:32 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 7128
Localisation : Isère
Sylana reluqua l’Honorifica Imperialis de Schaeffer. A sa connaissance, personne dans sa famille pourtant illustre n’avait acquis une telle médaille. N’importe quel Darkwalker aurait donné sa vie pour espérer en avoir une.
Et en arborant cela, le colonel remuait encore plus durement le couteau dans la plaie béante de Sylana, en la comparant aux pires raclures de l’humanité.

Mais elle avait accepté son sort. Après tout, comme le disait également le Colonel, elle avait trahi l’Empereur en s’emparant de connaissances certes utiles pour combattre, mais dangereuses à propager. Même si elle pensait qu’il valait mieux connaitre son adversaire, elle estimait que l’Empereur, dans toute sa Grandeur, avait toutes les connaissances et la sagesse nécessaire pour décider ce qu’il était bon ou pas de répandre comme informations.

Le colonel proposait une possibilité d’abréger son déshonneur, ou de mourir en essayant ? Comment pouvait-il penser qu’une Darkwalker se défilerait ? « A vos ordres, mon colonel. »
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Ep 1]End of the line
Message Publié : 11 Mars 2019, 13:24 
Hors-ligne Nécromancien
Avatar de l’utilisateur
Boom.

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1327
Anita fut un poil décontenancée par la réponse sèche du colonel. C'est qu'elle n'avait vraiment pas tenté de faire une blague. Pas qu'elle partageait la rigueur coincée de la sniper du groupe mais il y avait certaines choses qui étaient bien trop sérieuses pour se permettre de tourner ça à la rigolade. Un supérieur émérite, digne serviteur de l'Empereur, avec le droit de vie ou de mort sur sa personne faisait facilement partie du top 3 de ce genre de choses. Mais pour elle qui, si elle comprenait pourquoi on l'avait légalement balancée au trou, n'était pas vraiment d'accord avec les conclusions morales que certains en tiraient, s'entendre dire de la part d'un homme tel que Schaeffer qu'on avait trahi l'Empereur c'était plutôt dur pour le moral.

Heureusement le moral, chez l'artificière, c'était généralement pas un problème. Il ne tenait qu'à elle de montrer que, ce que certains pouvaient appeler trahison, n'était que de la dévotion mal comprise. Et il était hors de question que sa ferveur pour l'Empereur ne puisse qu'être questionnée. D'ailleurs, la perspective de retrouver sa vie d'avant la motivait moins que celle de prouver qu'elle ne correspondait pas à tous les sympathiques qualificatifs dont le colonel les avait tous affublés. Aussi, au garde-à-vous, elle répondit au soldat avec enthousiasme :

« Bien sûr, mon colonel ! Ses désirs et vos ordres sont les miens. »
Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 79 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce sujet : Aucun utilisateur inscrit


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en français • Utiliser phpBB avec un certificat SSL