Nous sommes actuellement le 25 Avril 2019, 16:04

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]



Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 02 Juillet 2017, 15:27 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
Image
Bien que le background des Royaumes Oubliés est désormais "à louer", un Baldur's Gate 3 avec les règles de Pathfinder ça ne sera pas pour tout de suite (il faudra attendre qu'un éditeur se lance d'abord). Cependant en attendant nous aurons droit à un Kingmaker en Golarion version Pc, avec les règles Pathfinder (of course) et le moteur de Baldur's Gate 2.

Le système intégrera le Manuel des Joueurs, le Manuel des Joueurs - Règles Avancées, l'Art de la Magie et l'Art de la Guerre. Ce qui veut dire que des classes comme l'Alchimiste ou le Magus seront normalement de la partie, ainsi qu'une large flopée de sorts.

Pathfinder : Kingmaker est le premier RPG informatique solo basé sur le célèbre jeu Pathfinder Roleplaying . Le jeu invite les joueurs à Golarion donc, un monde riche d'histoires, de mystères et de conflits, et donne aux joueurs la chance de s'approprier une partie de ce monde. Il y aura bien sûr une bonne bande son, qui permet de créer l'ambiance et d'enrichir l'expérience d'émotions. Celle-ci sera le fruit de Inon Zur. Cet article a été conçu avec une présentation optimum pour les écran de 17 pouces ou supérieurs. Si vous avez un écran de 15 ou 16 pouces, je vous incite à mettre le zoom de Google Chrome à 75 % afin de voir cette présentation telle qu'elle aurait dû être. :idea:

Pathfinder a une profondeur considérable, non seulement dans sa tradition, mais aussi dans ses mécanismes et sa liberté de jeu, il vous propose de développer votre propre personnage de manière unique. Vous pouvez personnaliser votre personnage avec un large éventail de classes et de pouvoirs, y compris des archétypes spécialisés, de puissants sorts des arcanes ou divins, en choisissant parmi une multitude de capacités de classe, de compétences et de dons. Pathfinder permet aux joueurs de créer des héros (ou vilains) individuels et personnalisés qui correspondent à son style de jeu. Parfait pour un jeu vidéo.

Paizo avait déjà crée un MMORPG basé sur Pathfinder et le monde de Golarion avec un moteur similaire. Mais à une époque où la majorité des MMORPG sont devenus gratuits (avec des Add-on payants, comme des armes et des armures spéciales ou la possibilité de dépasser le niveau 20) pour palier à une forte baisse de la tendance, Paizo a commis l'erreur grossière de faire le sien payant (avec abonnement). Une erreur qui a précipité l’échec de cette version (cela a fortement nui à la fréquentation) qui finalement n'a pas atteint les objectifs espérés par Paizo. Des leçons ont été apparemment tirées de cette foirade puisque cette fois-ci c'est dans une version Pc-solo à l'ancienne que Pathfinder-Golarion sera décliné. Et c'est tant mieux parce que c'est justement ce qu'on attendait.

Image
Ce qu'en dit la presse

« Si la version alpha donne une bonne indication sur le jeu à venir, alors il y a beaucoup de possibilités de façonner votre propre identité et de laisser votre marque dans ce monde merveilleux. » - Gamespot

« Presque tout ce que j'ai espéré en termes d'histoires et de RPG semblait avoir été réalisé au-delà de ce que je pensais. L'avantage peut-être d'avoir des années de playtesting de table. Si les différents aspects de Kingmaker peuvent se fondre dans un ensemble dramatique, cela pourrait être génial. » -IGN

« Pour les fans du jeu de plateau et du jdr, ce sera une excellente occasion de poursuivre des aventures fantastiques via leurs ordinateurs. » - Game Informer

« Les premières impressions depuis l'intérieur de la forteresse du seigneur bandit : le jeu est incroyable. Les menus sont attrayants et ordonnés, les environnements luxuriants et vifs, les portraits de caractère attrayants et raffinés. Les voix octroyées aux personnages, étaient convaincantes et professionnelles. » - mmorpg.com

Image


L'histoire

Dans le nord se trouve les Terres Volées, une région qui a été disputée et contestée comme territoire depuis des siècles. Des centaines de royaumes ont tenté de s'accaparer puis ont perdu ces terres, et maintenant il est temps pour vous de faire votre marque par l'édification de votre propre royaume ! Pour ce faire, vous aurez besoin de survivre au désert rude et à la menace des nations rivales ... ainsi qu'à des menaces au sein de votre propre cour. Pathfinder : Kingmaker est basé sur la campagne Adventure Path primée de Paizo du même nom. Vous n'avez certainement pas besoin d'être familier avec l'histoire, mais si vous l'êtes, vous rencontrerez des personnages que vous reconnaîtrez et d'autres qui vous seront familiers. De toute façon, vous ferez l'expérience d'une foule d'événements tout nouveaux, de compagnons, d'alliés ou de menaces qui améliorent et développent encore plus l'aventure d'originelle. Avec l' aide de Paizo et leurs auteurs, l'histoire et les quêtes ont été élargies par l'écrivain Chris Avellone et l'équipe d'Owlcat Games Studio de Beamdog, ce qui permet encore plus d'aventures dans le récit déjà riche des Terres Volées.

Bien que Pathfinder : Kingmaker Pc soit un jeu solo, vous ne serez pas seul dans cette aventure. Pathfinder : Kingmaker propose un casting varié de compagnons (PJ) et de PNJ, y compris les personnages emblématiques de Pathfinder. Vous aurez besoin de décider à qui faire confiance et qui intégrer dans votre groupe, chaque compagnon a un code de conduite, un alignement et des objectifs qui peuvent différer des vôtres. Votre voyage deviendra leur voyage, ce qui vous aidera à façonner leur vie aussi bien dans le moment présent que dans le futur. On peut aussi raisonnablement imaginer qu'il y a aura tout comme dans Baldur's Gate une fonction permettant de jouer en réseau pour s'éclater avec des amis dans un réseau fermé privé.

Image


Paizo a choisi d'adapter la campagne Kingmaker car elle dispose d'une multitude de mécaniques sur un monde ouvert, ce qui permet aux joueurs de découvrir l'histoire à leur propre rythme alors qu'ils explorent les Terres Volées, vous mettant au défi à la fois comme aventurier et comme dirigeant. Plus important encore, le jeu vous permet de revendiquer ces terres pour vous-même, vous laissant sculpter dans ce désert votre propre royaume. Alors que l’exploration classique de donjons se trouve au cœur de cette aventure, la diplomatie, la politique et la capacité de diriger des troupes sur le terrain font également parties du défi. Choisissez bien vos alliés, et garder les près de vous en fouillant des tombes et des ruines anciennes, ou en traitant de la politique dans votre propre cour. Le moteur de Baldur's Gate 2 a été repris mais les graphismes ont grandement été améliorés. Comme vous le découvrirez, en plus de l'exploration et de la résolution de quêtes, il aura la supervision du développement de votre royaume. La construction d'un royaume va au-delà de la construction d'une forteresse : Votre royaume est le reflet de votre personnage et de vos choix tout au long du jeu. C'est une chose vivante qui reflétera votre alignement, vos alliés et votre capacité à conduire votre peuple. Non seulement votre royaume va se développer, ouvrant de nouveaux territoires et vous permettant de construire de nouvelles villes et collectivités, mais votre capitale changera physiquement en fonction de vos décisions, de vos politiques, des quêtes que vous choisissez et même de vos alliances. À mesure que votre royaume grandit, un certain nombre de factions et de pays voisins viendront vous demander une faveur ou tester votre force. Si vous échouez, votre royaume sera détruit, mais si vous réussissez, vous aurez fait un pays là où tant d'autres ont échoué.

Image
Image

Il y aura bien sûr tous les PNJ de la campagne du même nom, mais certains seront devenus des PJs recrutables, à l'instar de l'alchimiste Jubilost Nartropple. Du côté des classes disponibles, le jury des concepteurs délibère encore sur la possibilité d'inclure des montures ou pas. Ils envisagent de supprimer la possibilité au paladin de choisir une monture et d'enlever la classe de chevalier (basé principalement sur la monture). C'est un choix discutable et j'espère qu'ils n'en resteront pas là. Bien sûr qu'avoir un PJ à cheval (ou autre monture) alors que les autres sont à pieds peut poser problème (sans compter que si c'est pas lui le boss du groupe, ça peut sembler bizarre qu'il soit le seul tranquille pépère sur sa monture pendant que les autres se fatiguent à pied). Mais ce serait oublier que la monture en Pathfinder se traite simplement comme un compagnon animal. Le gars n'est pas obligé d'être en permanence sur sa bestiole, il peut marcher à côté d'elle la plupart du temps et ne la chevaucher que pour les combats en extérieur, lorsqu'il est en mode éclaireur ou durant les trajets entre deux changements de carte. Sans compter qu'une monture c'est aussi pratique pour transporter des objets et/ou les charrier de A jusqu'à B.
Image
Image

Un soin tout particulier sera apporté au mode campement. Reposez-vous, papotez, chassez et montez la garde pour survivre une nuit de plus dans les bois ! Dans Pathfinder : Kingmaker, le campement est plus que simplement cliquer sur le bouton "Dormir". Il faut établir un campement, choisir ceux qui monteront la garde et vous préviendront à temps de l'arrivée d'ennemis. Envoyez un chasseur expérimenté chercher de la nourriture et parlez avec vos compagnons des événements des derniers jours, des choix que vous avez faits ou des endroits que vous avez visités. Ci-dessous une animation montrant une attaque par des bêtes sauvages au cours de la nuit… la personne qui montait la garde n'a apparemment pas réussi son jet de Perception... mais son échec n'est rien à côté de celui du nain, qui continue à dormir à poings fermés et à ronfler alors même que les animaux attaquent ses compagnons ! Les options de lancer des discussions avec les compagnons autour du feu de camp, d'utiliser leurs talents pour chasser, de gérer comment leurs armures influencent leur repos, de choisir des veilleurs et d'avoir des rencontres aléatoires qui résultent en un combat ou pas seront donc logiquement de la partie.
Image



La série des compagnons recrutables dévoilés s'agrandit, après l'alchimiste Jubilost et Amiri la barbare iconique voilà un rôdeur appelé Ekundayo, dont on sait qu'il est d'origine thuvienne (même s'il n'a jamais mis les pieds en Thuvie) et qu'il vénère actuellement le dieu Torag. Il est décrit comme un ancien mercenaire, une "âme au bord du désespoir", "qui n'a plus rien à perdre et ne vit plus que pour accomplir une vengeance sanglante" au moment où le PJ principal le rencontre... L'annonce ne dévoile pas tous les secrets mais indique simplement que c'est au joueur de décider s'il va laisser Ekundayo développer la haine qui l'habite et le motive... ou s'il va lui donner un nouvel espoir et une nouvelle raison de vivre...
Image
Image

Le système prévoit les diverses positions d'objets prévues dans les règles de Pathfinder : ceinture, bandeau/serre-tête, capes, etc... et tout peut "s'empiler" graphiquement.

Une vidéo donne aussi un aperçu du système d'inventaire et du système de "quick slots" / cases à accès rapide, permettant aux joueurs de choisir des configurations d'équipement rapides (par exemple config 1 : épée + bouclier ou config 2 : arc - le passage de l'une à l'autre étant représenté graphiquement et prenant le temps correspondant à ce que les règles de Pathfinder demandent pour ranger/sortir une arme) ou encore des objets à accès rapides (des potions de soin par exemple).

Jusque là rien de très innovant, on garde ce qui a très bien marché auparavant. Mais un point qui semble par contre nouveau par rapport à d'autres jeux du même genre, c'est que tous ces objets (ceux des autres configurations rapides et ceux mis en accès rapide) sont tous visibles. Par exemple, si le guerrier qui tient son épée + bouclier en main mais a un arc en configuration secondaire... cet arc sera visible sur son dos. Et s'il place des potions en accès rapide, celles-ci seront visibles à sa ceinture... le tout étant basé sur les images des personnages iconiques de Pathfinder, qui ont à peu près tous des petits objets "en accès rapide" sur eux (la chope de Valéros, les dagues de Mérisiel...).
Image




Voilà cet article est maintenant terminé, je vous invite à lire également les articles des autres sites qui en parle comme celui-ci, celui-là ou encore celui-ci. Je vous laisse en compagnie d'une dernière vidéo expliquant le développement du royaume et vous encourage à réagir à cette nouvelle sur ce même topic. ;)

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 26 Juillet 2017, 23:26 
Hors-ligne Fine plume

Inscription : Mai 2015
Message(s) : 5054
Merci pour l'info ! Ça donne envie et ça doit être très instructif pour un amateur de kingmaker

_________________
« Quand on cherche, on trouve généralement quelque chose, mais ce n'est pas toujours exactement ce qu'on voulait. » Tolkien, Le hobbit
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Septembre 2018, 13:33 
Hors-ligne Nécromancien
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 1046
Localisation : Près de Versailles
Quelqu'un l'a testé ou pense le faire ?
Il vient de sortir.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Septembre 2018, 09:19 
Hors-ligne Uruk
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jan 2017
Message(s) : 276
En cours d'installation chez moi, mais pas beaucoup de temps pour l'essayer prochainement, je vous livrerai mes impressions quand j'aurais un peu essayé!
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 30 Septembre 2018, 17:34 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
Je guette actuellement sa présence en magasin. Pour l'instant rien mais ça ne devrait pas tarder. :mrgreen:

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 03 Octobre 2018, 09:58 
Hors-ligne Uruk
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jan 2017
Message(s) : 276
Toutes premières impressions en vrac :
- Le rendu est très joli, l'histoire a l'air intéressante
- Les règles de Pathfinder sont très fidèlement reproduites, peut-être même trop fidèlement!
- Le fait de pouvoir gérer jusqu'à 6 personnages est un peu déroutant, si on veut faire une pause à chaque tour pour planifier les actions de chacun, ca saccade le rythme de combat
- Même les phases hors combat sont très bien faites (perception, persuasion et connaissances sont de mise)
- J'ai réglé la difficulté de façon à avoir 100% des règles de pathfinder (pas d'attenuation des critiques ennemis ou quoi) et je suis mort 2 fois dans le tutoriel, je suis donc profondément blessé dans mon orgueil de rôliste.
Va falloir que je joue un peu plus pour me faire une idée claire, en tout cas on peut dire que c'est le digne successeur de Baldur's Gate...
(D'ailleurs si vous avez du temps en trop, sachez que j'accepte toutes formes de donations d'heures, de minutes ... :mrgreen:)
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 03 Octobre 2018, 17:20 
En ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17713
Mort dans le tutoriel? Ah ouais, quand même...

Cela dit, Dragon's Lair fait encore mieux, vu qu'on peut carrément perdre à l'écran des mots de passe.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 04 Octobre 2018, 20:20 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
Mdrrrr....

Sinon pour les classes et races on a droit à quoi ? Est-ce que cela influence l'apparence du personnage sur le terrain à la Baldur's Gate ?
Pareil on choisit sa bouille parmi une série de portraits ? Il y en a beaucoup ?
Peut on bénéficier d'archétypes ? On a droit à combien de points à la calculette ?

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 04 Octobre 2018, 20:53 
En ligne Maître du jeu

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 17713
Si c'est comme baldur's gate, c'est au jet de dé(l'horreur!)
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 05 Octobre 2018, 09:26 
Hors-ligne Uruk
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jan 2017
Message(s) : 276
Keyradin a écrit :
Cela dit, Dragon's Lair fait encore mieux, vu qu'on peut carrément perdre à l'écran des mots de passe.
I understood this reference. :biere:


En classes je crois que y'a core + APG : les 11 de base + alchimiste, inquisiteur, EDIT : Magus, chevalier, ... peut être encore une ou deux, j'en oublie.
En races ya les races du core + Aasimar (mais c'est pas un aasimar officiel, il a été nerfed, plus beaucoup d'intêret)

La classe n'influe pas sur le physique du perso, mais la race oui (les elfes ont des grandes oreilles, les gnomes sont petits, etc). La personnalisation reste assez sommaire : on choisit la couleur des yeux, des cheveux, le choix entre 3 corpulences et une douzaine de visages possibles. 8 voix différentes par sexe aussi. Tout comme BG! De toute façon comme on voit le personnage de loin (et qu'on ne voit plus sa tête avec un casque) ce n'est pas si grave. On est loin de Fallout4!

Oui on choisit aussi son portrait, mais j'ai été déçu par le nombre de choix, pas plus d'une vingtaine. Sur NWN y'en avait des dizaines!

Pas d'archétype en revanche. Mais toutes les classes sont bien touffues de base.
Pour les stats c'est un point buy à 25 points!

Et comme Baldur's Gate on personnalise son personnage principal, mais tous les compagnons sont pré-tirés. On peut quand même faire les montées de niveaux de tous les personnages.

Edité : 05 Octobre 2018, 13:13 par Loutre (4×)
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 05 Octobre 2018, 10:51 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
HAAAAAAAAA ! Il est enfin sorti et dispo dans mon patelin. :mrgreen:

Dès que j'aurais violemment "subtilisé" suffisamment de sac-à-main à des veilles dames pour concrétiser un budget je m'en irais l'acquérir. :biere:

Loutre a écrit :
En classes je crois que y'a core + APG : les 11 de base + alchimiste, inquisiteur, chevalier, ... peut être encore une ou deux, j'en oublie.
En races ya les races du core + Aasimar (mais c'est pas un aasimar officiel, il a été nerfed, plus beaucoup d'intêret)
Merci pour toutes ces réponses. :-)
Bon, ça veut dire qu'ils ont bien tenu parole pour l'essentiel et que donc je n'ai pas mis n'importe quoi dans mon article. :mrgreen:

Ils disaient aussi qu'ils ajouteraient l'Art de la Guerre et l'Art de la Magie (donc le Magus, le Ninja, le Samouraï et le Pistolier), s'ils ont respecté ce point ça pourrait s'avérer très intéressant, mais sinon ce n'est pas si grave.

Pour le chevalier je suis content qu'ils aient finalement décidé de le garder, à l'époque où j'ai écrit l'article ils étaient plutôt hésitants à son sujet.
Arkane il y a plus d'un an a écrit :
Du côté des classes disponibles, le jury des concepteurs délibère encore sur la possibilité d'inclure des montures ou pas. Ils envisagent de supprimer la possibilité au paladin de choisir une monture et d'enlever la classe de chevalier (basé principalement sur la monture). C'est un choix discutable et j'espère qu'ils n'en resteront pas là. Bien sûr qu'avoir un PJ à cheval (ou autre monture) alors que les autres sont à pieds peut poser problème (sans compter que si c'est pas lui le boss du groupe, ça peut sembler bizarre qu'il soit le seul tranquille pépère sur sa monture pendant que les autres se fatiguent à pied). Mais ce serait oublier que la monture en Pathfinder se traite simplement comme un compagnon animal. Le gars n'est pas obligé d'être en permanence sur sa bestiole, il peut marcher à côté d'elle la plupart du temps et ne la chevaucher que pour les combats en extérieur, lorsqu'il est en mode éclaireur ou durant les trajets entre deux changements de carte. Sans compter qu'une monture c'est aussi pratique pour transporter des objets et/ou les charrier de A jusqu'à B.

Loutre a écrit :
Tout comme BG! De toute façon comme on voit le personnage de loin (et qu'on ne voit plus sa tête avec un casque) ce n'est pas si grave. On est loin de Fallout4!
Pour l'apparence du personnage je pensais plutôt à sa tenue (c'est ça qui se voit de loin). Par exemple : sur Baldur's Gate le seul moyen d'avoir sur le terrain une capuche à la Assassin's Creed c'était de prendre un Roublard. Impossible autrement, même le rôdeur n'y avait pas droit. Si tu prenais un magicien ton personnage portait automatiquement une robe, impossible d'avoir un mage en pantalon à moins de le démarrer multiclassé. Si à l'inverse tu voulais un guerrier en robe (pour faire style maître du kendo), fallait commencer au niveau 1 par un mage. Après oui, les différents types armures se voyaient sur les gars, les casques aussi, les robes de mage changeaient de forme et de couleurs en fonction des nouvelles qu'on chopait. Mais si tu mettais une robe sur un voleur-mage par exemple, elle se transformait automatiquement en pantalon, si tu mettais une armure sur un mage avec un niveau de guerrier, l'armure devenait une "robe blindée". Je me demandais donc comment ces points là étaient gérés dans Kingmaker.

Tiens en parlant de multiclassage, est-ce que c'est possible dans le jeu ?

Pour les portraits, en Baldur's Gate c'était assez pauvre aussi, cependant il y avait la possibilité d'en uploader un personnalisé, du moment que ça respectait les tailles (longueur-largeur-nbre de pixels) des portraits standards. Peut être y ont il pensé là aussi. :perplexe:

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 05 Octobre 2018, 13:11 
Hors-ligne Uruk
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jan 2017
Message(s) : 276
@Arkane : Je me fiais à mes souvenirs fugaces. Je viens de vérifier sur le wiki, il n'y a pas le chevalier, parmi les classes avancées il y a Alchimiste, Inquisiteur et Magus. Désolé si je t'ai enduit avec de l'erreur!

De même, d'après le Wiki, il y a des archétypes. Wtf. Je les ai pas vu dans ma création de perso!!! Faut que je réessaye.

Multiclassage : à chaque montée de niveau il te demande dans quelle classe tu veux progresser, donc je suppose que c'est possible.
(Autre point : il me semble que j'ai pas vu la notion de classe de prédilection :mecontent: je vérifierai si elle est présente)
Il y a aussi quelques classes de prestige : mystificateur profane, disciple draconien, champion occultiste, théurge mystique et fidèle défenseur.

Concernant la personnalisation et les portraits j'en sais pas plus, faudra que t'essayes 8-)
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 07 Octobre 2018, 18:34 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
C'est cool pour le multiclassage. J'ai trouvé le Wikiki-ngmaker. :hehe:

Arf, c'est triste qu'ils n'aient pas mis le chevalier, le sorcier (sorcière), l'oracle, le pistolier et surtout l'Invocateur (l'adepte pas le mage). :cry: Cela aurait été super-fun de l'avoir et s'éclater en assemblant son eidolon façon Lego.

Étrange qu'ils aient ajouté l'Aasimar et pas son pendant naturel le tieffelin, pour moi l'un ne va pas sans l'autre, tel le Yin et le Yang. :perplexe: Le dhampir, le skaven, le huline, le tengu, le grippli, le kitsune, le fetchelin et les génasis ça peut manquer aussi.

Gageons que ces races et classes feront l'objet d'Add-on. :-)

Côté archétypes, d'après le wiki... moui.... il y en a... pas beaucoup et pas les meilleurs... loin de là. :-|
Je suis aussi déçu par la courte liste des découvertes de l'alchimiste (entre le bouquin de base, l'APG, l'Art de la magie et celui de la guerre, il y avait pourtant de quoi faire...).

Mais j'ai toujours envie de m'y mettre et de le tester. :top:

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Janvier 2019, 11:14 
Hors-ligne Ombre
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Nov 2013
Message(s) : 536
Pompom pom. Je viens sur une section que je ne lis pas souvent, pour un test de kingmaker. Je me suis procuré le jeu et... y'a du bon et du moins bon. Je vais séparer le test en deux parties. Une première pour le concept même du jeu et ce qui fait que vous allez l'adorer ou le détester, une seconde pour la partie purement technique du jeu, comme un test lambda de jeu vidéo.


En fait, votre appréciation de ce jeu va dépendre de deux facteurs. 1) Est-ce que vous appartenez à la première des 3 catégories de joueurs possibles pour ce jeu. Et 2) si vous appartenez à l'une des deux dernières, quelle est votre tolérance à l'apprentissage à la dure? Je m'explique.

Si vous appartenez à cette catégorie de personnes qui pense qu'une bonne adaptation, c'est une retranscription à la virgule près, que ce soit d'un roman au cinéma, d'un film en jeu ou, dans le cas qui nous occupe, d'un JdR en jeu vidéo, alors vous pouvez foncer les yeux fermés. Ce jeu ne fournit aucun travail d'adaptation ou presque. C'est très clairement le core rulebook mis sur écran. Pour avoir également joué la campagne pathfinder (quoi qu'en version rétrogradé aux règles 3.5) il y a longtemps, mes vagues souvenirs me disent que même le déroulement des événements, les personnages, les emplacements de mobs (oui oui!) sont les mêmes que dans la campagne papier. Donc très clairement, c'est le cri d'amour tel que les puristes aiment le voir transposé d'un médium à un autre.

Là où ça devient problématique, c'est quand vous appartenez aux deux autres catégories de joueurs. C'est à dire les joueurs qui sont amateurs de RPG mais qui n'ont jamais touché pathfinder papier de leur vie, ou même qui ne le connaissent pas sur le bout des doigts pour faire de l'optimisation. C'est à dire la très grande majorité des gamers... qui font le succès ou l'échec commercial d'un titre. La dernière catégorie, ce sont les joueurs qui, come votre serviteur, considèrent que la transcription est tout sauf un bon travail d'adaptation. Ces gens qui pensent que la trilogie du seigneur des anneaux est bien meilleure en film qu'en livre (enfile son armure et attends les haches vorpales +5 dans la tronche).

Je prends deux exemples simples pour illustrer mon propos. Dans le bouquin, Frodon, Aragorn et les hobbits sont récupérés par Glorfindel qui ramène ce petit monde à Fondcombe pour y soigner notre nabot préféré. Dans le film, ce personnage est remplacé par Arwen. Excellente idée! Parce que Glorfindel n'apporte plus rien à la suite de l'histoire (ou presque), alors que le remplacer par Arwen permet de donner de l'épaisseur et de l'importance au personnage au lieu d'être un simple trophée pour Aragorn et sa love story happy end à la fin du retour du roi. Même chose à propos de l'anneau. Le film vous le présente comme l'arme ultime à laquelle personne ne peut résister, à part Frodon, pour une raison inconnue... et même lui en chie grave. Du début à la fin, on sent la menace phénoménale que ce petit machin fait peser sur le monde entier (sentiment carrément appuyé lourdement par une réflexion de Boromir "c'est une chose étrange que nous devions éprouver tant de peur et de doute pour une si petite chose... si petite chose...") Pourtant, dans le livre, dès le début de la communauté de l'anneau... on tombe sur Tom Bombadil. Un personnage mystérieux, qui sort de nulle part, qu'on ne revoit jamais, qui n'apporte rien à l'histoire... et qui est totalement insensible au pouvoir de l'anneau. Même chose plus loin avec le personnage de Faramir, le frère de Boromir. Dans le livre, il en a rien à cirer de l'anneau et laisse passer Frodon et Sam sans faire de difficulté. Dans le film, il est plus que tenté de le récupérer pour redorer son blason auprès de son père, pour donner une arme à son peuple. Le livre diminue complètement l'impact de l'anneau alors que le film en fait un terrible élément de tentation et de destruction du début à la fin. C'est ce qui fait à mon sens que le film est une excellente adaptation (quoi qu'on puisse en penser par ailleurs). Il prend des éléments du livre et les modifie, les ADAPTE, pour coller à son nouveau médium : un film.

Et c'est très exactement le travail que ne fait à AUCUN moment ce jeu vidéo. Le jeu ne prend absolument pas en compte qu'il change de médium, qu'il quitte la table et les crayons pour passer sur bureau et écran. C'est une mauvaise adaptation... qui en fait un jeu moyen. Pas mauvais, mais moyen. Parce que clairement pas adapté à son support. Alors encore une fois, si vous maîtriser DD, êtes un adepte de l'optimisation de personnage, connaissez les caractéristiques et faiblesses de la majorité des monstres rencontrés, savez que le rôled 'un magicien est le contrôle du champ de bataille et pas le blast... vous allez rouler sur le jeu sans peine.

Mais si c'est pas le cas... vous allez en baver mes amis. Non pas parce que le jeu est véritablement difficile. Mais parce qu'il oblige à avoir cette connaissances encyclopédique pour avancer régulièrement sans trop de heurts. Il n'est pas rare de raser méchamment toute une zone de jeu en mode doigts dans le nez... puis de tomber sur trois mobs 10 niveaux au dessus de vous qui vont vous éclater le museau en deux rounds. Ce genre de monstre imbattable à un niveau X n'est ni une nouveauté ni un problème dans les RPG. Là où ça en devient un, c'est que contrairement aux jeux dans lesquels c'est pensé, genre BG et ses dragons qui sont optionnels et planqués dans un coin de carte bien indiqué et grandiose vous montrant que "bourdayl là ça va saigner! Tu vas en chier mon gars!", ici, ces 3 rats garous avec 8 niveaux de classe (alors que vous êtes niveau 2 ou 3 quand vous les rencontrez)... se trouvent au détour d'une caverne tout ce qu'il y a de plus lambda. Pas de dialogue, pas de décor particulièrement grandiose et inquiétant, pas d'indication, rien. Vous auriez mis un banal rat sanguinaire dans la caverne, c'était la même. Et tout le jeu est comme ça. Il vous balance à la figure du Pathfinder pur jus, la campagne Kingmaker pur jus, sans aucune adaptation au support vidéo ludique.

De fait, si vous voulez vous en sortir, faut apprendre les règles de Pathfinder, y compris les trucs pas intuitifs du tout. Comme le fait que les bonus de même nature ne se cumulent pas. Comme le fait que la profusion de sorts de blast est un piège pour les magiciens, comme le fait que l'encombrement a un réel impact autre que vous ralentir sur vos jets de dés...

A la décharge d'Owlcat games (le studio de développement), ils assurent un excellent suivi de leur jeu et corrigent les défauts au fur et à mesure. Le principal problème étant l'absence d'informations faciles d'accès pour un public habitué à ce qu'on leur mâche le travail avec des jeux grandioses type Skyrim, Dragon Age ou encore Witcher, ils ont rajouté au fil des MàJ des choses simples mais qui changent tout. Par exemple, la mécanique du test de connaissance pour faire apparaître des informations sur la créature que vous affrontez. Tous vos personnages dotés de la bonne connaissance font le jet de dés et hop, selon votre degré de réussite, vous obtenez plus ou moins d'informations. Le jeu est bien plus facile d'accès maintenant qu'à sa sortie (du moins à ce qu'il semble, je dois avouer que je m'y suis mis tard et que je disposais déjà de toutes ces features rendant le jeu plus simple d'accès. C'est en potassant sur internet que je me suis rendu compte que c'étaient des ajouts plus tardifs et qu'au début, le jeu devait être un vraie purge pour les non initiés).

Malgré tout ce que je viens de dire, kingmaker N'EST PAS UN MAUVAIS JEU. Loin de là. Il est seulement difficile d'accès. Pas comme un dark souls dont la difficulté est le moteur du jeu et l'argument marketing, mais comme un jeu mal branlé. Toutefois, qu'en est-il une fois qu'on a compris comment il fonctionne et comment on peut avancer sans se faire éclater?

Ben putain c'est du lourd. Il a les qualités de ses défauts. Il n'adapte rien et transpose Pathfinder et Kingmaker à l'écran. Or, je n'apprendrais à personne ici que Pathfinder est un des JdR aux règles les plus riches et complètes qui soient. Pour un rôliste, c'est un bonheur. De même, ce qui ont fait Kingmaker savent que la camapgne est riche, très riche, pleine de rebondissements et de choix. Bien que je fasse partie de ceux qui pensent qu'une transcription est une mauvaise adaptation, je me régale. Vraiment. Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas senti aussi impliqué dans un jeu vidéo. Je retrouve des sensations que je n'avais plus depuis Baldur. Même Pillars of Eternity, pourtant riche lui aussi, ne m'avait pas emballé autant. Là je suis comme un poisson dans l'eau, à naviguer au milieu de choses que j'adore.

SECONDE PARTIE

Passons au jeu proprement dit.

D'abord, ce qui va intéresser les rôlistes papier... la création du personnage. Très clairement, Owlcat connaît bien Pathfinder et nous balance tout le roster de base en matière de races et classes, plus quelques ajouts comme l'aasimar. Je dois avouer connaître mieux 3.5 que Pathfinder, donc je ne m'avance sur ce qui vient du corebook et ce qui provient des ajouts, mais globalement, y'a tout le core et un peu plus. Mieux, au fil des MàJ, ils en rajoutent. Le tieffelin, qui manquait cruellement à certains fans, vient d'être implémentée, en plus de la classe de kénciste (ou kinétiste... ou un truc comme ça). Donc si vous êtes le genre de chieur qui râle parce qu'il n'y a pas la race issue d'un obscur supplément vendu en ligne à 3 exemplaires, vous allez trouver de quoi râler, mais pour les joueurs plus lambda, entre les races, les sous races, les classes et les sous classes, vous devriez trouver votre bonheur. Bémol sur les portraits. Y'en a très peu. Mais là aussi ils en rajoutent régulièrement et les moddeurs ont déjà pallié à ce problème avec un mod apportant pas moins de 200 portraits. Un éditeur de personnage extrêmement riche donc, avec une chiée de dons à choisir. Là encore, nécessité de bien connaître les règles avant de faire un choix, parce qu'un personnage mal construit peut vite devenir un sérieux handicap.

A noter pour éviter les mauvaises surprises : y'a pour l'instant pas de mage pur, d'ensorceleur, de moine ou de paladin parmi les PNJ recrutables. Il y a une mage très compétente, mais elle vient avec un niveau de roublard. Toujours bon à savoir.

Une fois que notre vaillant héros est paré pour l'action, comment que ça se passe en jeu? Ben là encore, ça dépend de votre connaissance du jeu. L'intro vous donne comme compagnons une ensorceleur et une barde. Moi j'avais une magicienne. Je me mets à la place de celui qui n'a jamais touché au papier... vous vous faites éclater par les deux premiers assassins qui croisent votre route si vous foncez sur eux. En revanche, les approcher en fufu et lâcher trois carreaux d'arbalète permet d'en éliminer un d'entrée de jeu, rendant la suite plus simple. Une approche toute rôlistique... Et c'est ce qu'on va attendre de vous sur chaque combat. Pas de régén de vie automatique, pas de level scalling... Kingmaker est l'équivalent d'une partie jouée avec le MJ le plus strict du monde. Les erreurs se payent cash et la moindre bataille mal préparée se traduit par un reload. Ca a un côté frustrant... mais y'a l'autre face de la pièce. Eclater 9 hommes lézards avec 6 niveaux de roublars, plus le roi et la reine avec 13 niveaux de barbare, avec votre équipe de niveau 6... juste parce que vous avez pensé à vous mettre dans un défilé et truffer ce défilé de sorts de toile d'araignée, de graisse et autre nuage nauséabond, puis à la descendre un par un sans qu'ils ne parviennent jamais au contact... c'est jouissif.

Un jeu difficile, donc, surtout au début, qui gère mal sa difficulté, mais qui est extrêmement gratifiant pour qui sait exploiter le jeu.

Graphiquement, c'est joli. Techniquement, les habitués de FPS dernière génération vont pleurer leur mère. Mais comme BG en son temps, le jeu mise sur sa direction artistique bien plus que sur sa performance technique. Moi j'aime. D'autres vont trouver ça moche. Question de point de vue donc. Mais puisque je m'adresse à un public pathfinderien... clairement, on est dans le ton des illustration du bouquin. Un peu plus réaliste et moins fantasque peut être. Mais globalement le même ton.

La bande son est discrète mais efficace. Aucun thème ne m'a, pour l'instant, fait tendre l'oreille en me disant "putain ça c'est cool." Mais j'ai jamais baissé le son avec une grimace agacée non plus.

Enfin, le scénario, l'intérêt des quêtes et les relations entre PNJ. Ca fait partie des qualités. On est dans un jeu tiré d'un JdR papier et ça se voit. Y'a un milliard de choses à faire et même les quêtes fedex sont bien scénarisées. L'alchimiste qui demande d'aller lui chercher des radis lunaires... qu'on trouve dans un champ tenu par quelques kobolds avec des options de dialogues à se fendre la poire. On n'est pas obligé de déglinguer du trash mob pour cueillir lesdits radis.

Ce qui m'amène à un point important du jeu et qui fait que je suis vraiment rentré dedans. Un point donc sur lequel je tenais à insister en dernier : les dialogues. On le sait, les jeux vidéos ont une limite technique que n'a pas le JdR papier. C'est même pour ça que la majorité d'entre nous préfère le papier au jeu vidéo. Ici, pas de fausses promesses, on a toujours quelques limites. MAIIIIIS, très clairement, le jeu fait de son mieux pour proposer des options de dialogues pour toutes les façons de jouer. Il passe par le système d'alignement en proposant des réponses qui vont faire évoluer votre alignement, comme dans Planescape Torment (à ceci près qu'ici, on peut très clairement afficher quelle option de dialogue mène vers quel alignement). Alors, comment souvent, une façon de jouer est privilégiée plus qu'une autre (ici, ce sont les chaotiques bons qui ont la part belle). Mais quelle que soit votre façon de jouer, vous aurez la possibilité de faire évoluer des quêtes et votre royaume (parce que oui, vous allez diriger un royaume tout entier) dans la direction que vous voulez. Ce n'est pas parfait (d'autant que les questions d'alignement sont toujours sujettes à des débats houleux) mais c'est riche, varié et, au moins... possible. Contrairement à un BG où espérer jouer mauvais est carrément pas possible sans flinguer la moitié de l'expérience de jeu.


Bref, un jeu moyen, au mieux. Mais qui devient excellent si vous maîtrisez Pathfinder. Que ce soit avant même de l'attaquer ou après une courbe d'apprentissage vachement difficile.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 04 Janvier 2019, 19:02 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
Hé ben, merci pour ce test très bien écrit (l'année commence fort sur cette section). :top:

C'était intéressant, j'ai pris plaisir à le lire. Cela rejoint ce que j'avais auparavant lu sur les intentions de Paizo/Owlcat en créant ce jeu.
Le public ciblé serait tout d'abord principalement les fans de Baldur's Gate I et II qui (des)espéraient voir venir un jour un troisième volet.
Et ils sont encore tellement nombreux dans le monde que cette clientèle justifie et rentabilise déjà à elle seule l'investissement qu'à demandé Kingmaker.
Le risque de sortir un tel jeu était donc calculé. Ce n'est seulement qu'en deuxième que les "Pathfindériens" sont visés et viendront grossir les bénéfices.
Tout le reste... hé bien c'est juste du bonus.

Le but à peine caché est de convertir les fans de Baldur's Gate (dont le moteur JDR était AD&D 2) à Pathfinder.
Une partie de ces fans étant consciente que D&D5 c'est du AD&D 2 remasterisé, le pari est de prouver que les règles Pathfinder sont encore bien meilleures pour ce type d'aventure, de jeu, d'univers, d'ambiance que ne l'était déjà celles d'AD&D 2. Le système de conversion des Royaumes Oubliés 3.5 => Pathfinder l'avait fait sur papier, restait plus qu'à réitérer en virtuel. Chacun jugera si ce pari est réussi ou pas.

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Avril 2019, 18:04 
Hors-ligne Incube/Succube
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Oct 2013
Message(s) : 1599
Bon j'ai fini par trouver le temps de tester ce Kingmaker et je l'ai trouvé très addictif, malgré quelques défauts. :-)

Jusqu'au Refuge d'Oleg, je ne l'ai pas trouvé si difficile (en mettant à 100 % PRPG normal). Enfin pas plus que Baldur's Gate 1 & 2, Icewind Dale 1 & 2, Divinity Original Sin, Pool of Radiance, Fallout 1 & 2 et Tactic.
Les habitués du FPS seront peut être d'un avis différent, mais les habitués des jeux que j'ai cité retrouverons vite leurs marques.

Je me souviens encore de mes débuts sur Baldur's Gate, avec un demi-elfe roublard-mage, un hobbit guerrier-voleur colérique et un nécromancien humain fou.

Première rencontre de groupe avec un ogre berserk monumental.
Obligé de courir autour d'un arbre pendant 33 tours avec le monstre aux basques afin de l'occuper le temps que les deux autres larrons le descendent à coup de lance-pierre.
Croisant les doigts pour ne pas se faire attraper cette fois là (car un coup de massue et c'était bouillie direct).
Avec l'ogre criant à chaque coup reçu : « Aïeu ! Moi m'en vais écraser vos sales têtes... Aïeu ! Moi m'en vais écraser vos... »

Bref, Pathfinder Kingmaker ne déroge pas à la règle des jeux cités ci-dessus : pour chaque combat il faut avoir un plan d'attaque.
Un combat improvisé s'apparente bien souvent à une mission suicide. Et comme dit dans Naheulbeuk, il faut parfois (souvent ?) faire appel à la ruse.
Mais lorsqu'un plan se déroule sans accrocs, on assiste alors à de purs moments héroïques.

Que pourrais-je dire qui n'ai été déjà dit sur ce jeu ?


Design des perso et vêtements.

On a la possibilité de choisir un visage (joyeux, sinistre, pensif...), une coupe de cheveux (court, avec une mèche sur un œil, en Iroquois, mi-long, long, en cadenettes, rasé...) et une pilosité faciale (glabre, bouc).

On a aussi le choix entre trois corpulences : taillé en arbalète, athlétique, bodybuildé ou gros costaud à la Obélix (selon la classe et la race choisie). Peu de choix pour les couleurs de vêtement, les couleurs de peau et de cheveux.

Toutefois les couleurs proposées varient en fonction de la race (un gnome pourra avoir une peau violette et des cheveux verts, un Aasimar une peau bronzée à l'or fin et des cheveux rubis).

Côté vêtements de base on retombe malheureusement dans les travers de Baldur's Gate : une seule tenue par classe.

  • Le prêtre, le druide, le paladin ou l'alchimiste est automatiquement en bure... sans capuche
    (aïe, ça casse pas mal l'esthétique, toutefois la bure multipoches de l'alchimiste et celle fendue du paladin sont un poil plus classes que les deux autres).
  • Le roublard n'a pas trop bougé depuis Baldur's Gate.
  • Le rôdeur s'offre désormais une tenue similaire à celle du roublard (en Baldur's Gate il avait la même que le guerrier).
    Ce qui nous fait deux classes à cape et capuche. Toutefois pour le rôdeur on a des détails rappellent son côté forestier.
  • Le magus et l'ensorceleur ont des vêtements similaires qui leur donne un look de Sorcier 3.5 rappelant fortement la tenue de Seltyiel.
  • Le barbare et le moine ont chacun une tenue attitrée laissant la part belle à leur torse viril et musclé.
  • La tenue du guerrier n'a pas trop bougé depuis Baldur's Gate.
  • Le barde a désormais une tenue similaire à celle du guerrier (en Baldur's Gate il en avait une similaire au roublard).
  • Le mage a laissé de côté la robe pour un pantalon.
  • L'inquisiteur s'offre une tenue pompée sur celle de Kung Lao (Mortal Kombat), une cape en plus, avec le fameux stetson Buffalo à bord plat.

Pour les portraits à disposition, la liste est assez courte (comme elle l'était dans le premier Baldur's Gate).
Cependant juste sous la grille de portraits se trouve une petite abeille dorée, en cliquant dessus on a la possibilité d'uploader le portrait de son choix (pioché auparavant sur internet par exemple).
Une fenêtre s'ouvre montrant trois portraits "neutre" en .png (juste une silhouette sombre) de différentes coupes : visage, buste et corps complet.
L'astuce consiste à remplacer ces trois portraits par trois versions de celui qu'on souhaite en respectant les noms des portraits, les dimensions, le format (.png) et les coupes (visage, buste, corps).
Cela nécessite donc de travailler cela en amont sous Paint, Paint 3D ou tout autre logiciel similaire. Mais ça marche et c'est cool.


Les Compétences.

On ne retrouve pas exactement les compétences du jeu de rôle papier. Certaines ont été regroupées en "groupes de compétences" (*).
Du coup vous avez moins de PC à répartir que prévu, mais pour chaque rang investi c'est parfois tout un panel de compétences qui en bénéficie.

  • Athlétisme* => FOR => Natation, Escalade
  • Mobilité* => DEX => Acrobaties, Evasion, Equitation, Vol
  • Doigt de Fée* => DEX => Sabotage, Escamotage
  • Discrétion => DEX => Idem
  • Érudition (Monde)* => INT => Connaissance (géographie), Connaissance (histoire), Connaissance (noblesse), Linguistique.
  • Érudition (mystère)* => INT => Connaissance (mystères), Connaissance (ingéniérie), Art de la Magie, Artisanat (tous).
  • Érudition (nature)* => SAG => Connaissance (nature), Connaissance (exploration souterraine), Dressage, Survie, Premiers secours, Profession (toutes).
  • Érudition (religion)* => SAG => Connaissance (religion), Connaissance (plans), Connaissance (folklore local).
  • Perception => SAG => Idem
  • Éloquence* => CHA => Bluff, Déguisement, Diplomatie, Estimation, Intimidation, Psychologie, Représentation (toutes).
  • Utilisation d'objets magiques => CHA => Idem

Cela change la donne sur beaucoup de règles liées aux compétences (permettant des choses qu'on ne pourrait pas faire en version papier), mais dans le fond pas trop sur leur utilisation.


Difficulté et Bugs.
Comme je disais, jusqu'au Refuge d'Oleg, c'est gérable.
Mais c'est après que ça se corse, notamment à cause de certains combats complètement bugués (pas moins de 30 Patch correctifs sortis à ce sujet depuis l'apparition du jeu :oups: ).

J'ai répertorié quelques bugs qui m'ont claqué au visage :

  • Un mage accompagnant un groupe d'esclavagistes qui arrive à balancer jusqu'à trois sorts de Cécité permanente (au niveau 2 ???!) le temps que de mon côté je sorte un seul sort de convocation (dont l'incantation a pourtant été lancée en premier). Un sort d'aveuglement permanent, dès le début du jeu (c'est un combat imposé qu'on ne peut éviter, à moins de jouer un alignement mauvais), c'est sale, très sale !
    Cela oblige à un reload direct en cas d'échec de sauvegarde, si l'on ne veut pas avoir un perso inutile pendant au moins cinq montées de niveaux (surtout si c'est le personnage principal).
    Il y a bien un prêtre qui, une fois sauvé de bandits, propose la vente de parchemins dont celui de guérison de Cécité permanente... mais à à bas niveau ce soin pour les yeux te coûte un bras.

  • Habituellement la réussite d'une sauvegarde sur une saloperie balancée par un ennemi (capacité spéciale, sort, pouvoir magique) vous rend immunisé pendant 24 h à celle-ci (sauf si elle est lancée ensuite par une autre catégorie d'ennemi ou à un niveau supérieur). Ben... apparemment pas dans le jeu, où si vous réussissez une sauvegarde, vous ne réussirez pas forcément la deuxième ou la troisième (CF Sort Cécité permanente).

  • Les fonctions de probabilité déconnent aussi parfois. :shock:
    Je veux bien qu'un adversaire puisse sortir de temps à autre une réussite critique... mais à partir de quatre durant le même combat, toutes réitérées sur au moins six reload, je trouve que ça commence à faire beaucoup.

  • Dans le même genre, une guerrière en crevice en position défensive (CA 27) qui tient pas trois rounds face à deux hommes d'arme de niveau 2 !!!
    La première fois tu te dis qu'ils ont eu du bol et ont sorti des jets d'attaque et de dégâts de fou... au bout de 5+ reload où ça se reproduit tu commences à te demander si les dés de l'I.A. ne seraient pas pipés.

  • A l'inverse, au bout du deuxième mage niveau 2 rencontré qui, tout en étant au contact avec trois assaillants ou moins, lance ses sorts tranquillous sans mourir... tu te dis que dans les Terres Volées les lanceurs de sorts s'habillent chez Stark Industries et pas dans les même friperies que les tiens. Même si c'est le seul bug d'un combat, quand le lanceur de sorts en question te distribue des Agrandissement et des Cécité permanente comme des petits pains, ça change carrément la donne. Quand tu as d'un coup 2-3 géants au lieu d'hommes d'arme de niveau 2, c'est plus pareil. Heureusement lorsque tu réalises que c'est un bug, à force de reload, les règles normales s'appliquent et le mage fini par mourir sur le coup. Il te reste plus que 2-3 hommes d'armes niveau 2 à abattre et curieusement par prudence tu prends l'habitude d'y aller avec la barde hobbit et la barbare plutôt qu'avec la guerrière en crevice (qui est sans doute maudite dans le jeu).

  • Dans Baldur's Gate, tu pouvais soigner deux fois plus vite un allié qu'il ne prenait des coups (surtout à bas niveau).
    Bon là en PRPG Kingmaker... à la moitié des P.V. d'un combattant, tu te dis que tu vas lui lancer un petit sort de soin... et le temps de le sortir le combattant est souvent déjà mort.
    Dès que tu as un prêtre dans l'équipe, tu respires un petit peu, à bas niveau tu claques toutes ses canalisations d'énergie positive à chaque combat et tu évites d'en faire plus d'un par jour.

Ce qui me rassure, c'est qu'on retrouvait des bugs similaires (tout en étant moins énormes !) dans les premières versions de Baldur's Gate.
Mais ça devenait de moins en moins handicapant lorsqu'on montait de niveau (rapport aux P.V. et jets de Sauvegarde) jusqu'à ne plus y faire attention.


Mon combat défi du moment. :D
En un endroit précis il a un troll monumental. On peut l'affronter ou passer à côté moyennant un bon jet en Discrétion grâce à la brume locale.
J'ai tenté la technique de l'ogre berserk cité plus haut... ça Marche Poas !
  • D'abord parce qu'il n'y a pas d'arbre au milieu du terrain mais seulement autour.
  • Ensuite parce que le troll court plus vite que toi. Lorsque tu lui tire une flèche à bonne distance, à la deuxième il est sur toi.
  • Enfin le terrain fait la taille d'un jardin de village.
Evidemment là aussi pas le droit à l'erreur car un seul coup du troll et c'est bouillie direct.


Les Familiers et Compagnons Animaux.
Malheureusement tout ce qui vole (à l'exception du canard, mais j'ignore s'il vole réellement dans le jeu) a été bizarrement proscrit du jeu.
Que ce soit du côté Familiers ou du côté Compagnon Animal. J’espérais avoir un aigle, dommage. :-?

Compagnons Animaux disponibles :

  • Chien (M)
  • Léopard
  • Loup
  • Mastodonte (Mammouth laineux)
  • Mille-pattes géant
  • Ours
  • Sanglier
  • Smilodon (ou Tigre à dent-de-sabre)
  • Varan
  • Wapiti (élan)

Contrairement à la version papier où le Compagnon Animal évolue indépendamment, par exemple en gagnant des dons qui peuvent être complètement différents de ceux de son maître, dans le jeu Pc malheureusement tout dans cette évolution est automatisé et le Compagnon Animal gagne automatiquement les mêmes dons que son homologue de référence puis les mêmes dons que son maître. De ce fait des dons normalement destinés exclusivement aux Compagnons Animaux se retrouvent ici accessibles au maître (pour que le Compagnon Animal puisse en bénéficier), ce qui est aberrant.

Familiers disponibles :

  • Canard
  • Chat
  • Chien (P)
  • Gerboise
  • Lézard
  • Lapin
  • Lièvre
  • Mille-pattes
  • Poulet
  • Rat
  • Singe
  • Tarentule
  • Vipère

_________________
ImageImageImageImageImageImageImageImage
Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce sujet : Aucun utilisateur inscrit


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en français • Utiliser phpBB avec un certificat SSL