Nous sommes actuellement le 28 Janvier 2020, 05:58

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]



Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 54 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 25 Février 2016, 17:35 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
La seconde partie de la matinée était avancée lorsque Nell Orsen fit sa réapparition à Otrantebourg sur sa monture. Il avait dû partir dès avant l'aube de Tremontane, mais l'idée de prolonger son séjour même de quelques heures de plus que nécessaires dans la cité minière du ponant.

Il y avait trouvé l'atmosphère particulièrement détestable, qu'il s'agisse de la rancœur qui imprégnait déjà ordinairement les relations entre les habitants de la ville et les nains sous la montagne, ou de l'attitude du bourgmestre de Santis qui, dans sa volonté de faire pression sur le duc Ulric à la veille de l'arrivée de la délégation borcane, avait conduit à une situation quasiment insurrectionnelle entre les deux populations. Orsen n'avait pu prouver que le bourgmestre était au courant de quoi que ce soit dans l'affaire du meurtre d'un nain qui avait motivé sa propre intervention, mais des collaborateurs proches, pour le moins, étaient mouillés, ayant tout fait pour couvrir le meurtrier. Le Garde d'Ombre avait néanmoins, au terme de son enquête sur place, pu réussir à faire éclater la vérité et livrer le coupable à la justice, remettant par la même occasion tout le monde à sa place, et faisant passer le message que la moindre tentative de semer à nouveau du désordre entraînerait une intervention autrement plus musclée de la part du duché.

Après une courte nuit de repos, il avait scellé sa monture et laissé derrière lui sans un regret Tremontane. Du reste, d'autres affaires, auxquelles il accordait personnellement bien plus d'importance, l'attendaient à Otrantebourg. Et l'idée même d'avoir dû passer autant de temps en mission loin de celles-ci rongeait le jeune Orsen, alors qu'il laissait son cheval dans les écuries de la caserne et regagner l'intérieur du bâtiment, vide à cette heure en dehors des quelques membres de la garde régulière qui assuraient la sécurité de l'endroit.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 25 Février 2016, 21:09 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
Perdu dans ses pensées, il se mit en quête du rapport journalier de la Garde d'Ombre, parchemins regroupant les tâches à effectuer. Il ne restait qu'à espérer que ses compagnons aient barré les tâches qu'ils étaient partis prendre en charge.

Les deux dernières années n'avaient pas été faciles pour Nell. Convaincu que la duchesse Émilie d'Otrante n'était pas morte en couches avec son héritier par hasard, il avait enquêté discrètement sur les circonstances de celle-ci. La première piste qui se présenta fut la disparition de la seule sage-femme présente ce jour-là. Cette dernière n'avait pas quitté la ville et pourtant, personne ne l'avait vue depuis la soirée où la mort de la duchesse avait été annoncée. Cette femme s'était tout simplement évaporée.

Faisant partie des quelques proches de la duchesse, Nell n'avait eu aucun mal à se renseigner sur la dernière journée de la noble auprès de ses servantes. Ne se sentant pas bien, elle n'avait pas mangé de la matinée et avait également annulé la promenade qu'elle avait coutume de faire dans son verger. Mangeant avec peu d'appétit à midi, elle avait partagé la table et les aliments avec son époux et plusieurs membres de la cour. Plus tard, en milieu d'après-midi, elle ressentit les premières contractions de l'accouchement et la sage-femme fut appelée. La suite se déroula derrière des portes closes et quelques heures plus tard, Émilie d'Otrante n'était plus... L'intuition de l'ancien garde le poussait à croire qu'il s'agissait d'un empoisonnement, mais si c'était le cas quand avait-il eu lieu ? La duchesse présentait déjà des signes de faiblesses le matin-même en tout cas.

Plus étrange encore, il s'avéra plus tard que la seule autre personne à avoir assisté à l'accouchement, une suivante de la duchesse, fut emportée par une maladie, peu après avoir rejoint l'entourage de la nouvelle duchesse, Valentine d'Otrante. Et qui plus que la nouvelle duchesse avait profité de la mort d'Émilie d'Otrante ? La seule autre personne à en bénéficier n'était nul autre que Dorian de Pallenpor, vif opposant à l'ancienne duchesse qui selon les rumeurs avait longtemps oeuvré pour amoindrir l'influence de celle-ci auprès du duc. Ajouté à cela l'étonnante proximité entre la nouvelle duchesse et de Pallenpor, l'ancien garde n'avait pas eu à creuser bien loin. Toutefois, même si cette théorie semblait plus que probable, le fait était que Nell n'avait aucune preuve. De plus, de Pallenpor était devenu avec le temps la personne la plus influente auprès du duc et s'attaquer à un tel individu n'était pas sans risques. Ainsi Nell, d'habitude si méthodique et objectif vis-à-vis des faits, abandonna l'enquête, convaincu que le duo de Pallenpor-Valentine d'Otrante était le couple responsable de la mort de la duchesse.

Les coupables devaient payer. Il fallait rendre justice à la duchesse à tout prix, quitte à y laisser la vie, car depuis toujours l'ancien garde avait été attiré par Émilie d'Otrante. De nombreuses fois avait-il hésité à lui dire la vérité, quitte à tout mettre en péril, mais sans jamais le faire, sans doute parce la duchesse était trop honorable que pour trahir son mari. Mari qui l'avait remplacée à la première occasion. Cette simple pensée emplissait Orsen de dégoût. Ce duc sadique et violent qui s'en était pris à la population à maintes reprises par le passé, ce duc qui laissait la Garde d'Ombre le servant s'affaiblir sans permettre à de nouveaux candidats de repeupler ses rangs. Quelle sorte de dirigeant pouvait bien donc cracher sur le peuple de la suite et sur ceux qui le protégeaient ? Et surtout, pourquoi donc Nell servait-il encore une crapule pareille ? Pour l'honneur ? Certainement pas. Même si Nell était droit dans ses bottes, il n'était pas homme à laisser un tel tyran au pouvoir simplement parce qu'il lui avait juré fidélité. Il savait faire la distinction entre le bien et le mal. Cela était bien plus important que de veiller aux apparences, car c'était ce qu'était l'honneur pour l'ancien garde, une vertu attribuée à certaines personnes et familles pour montrer que celles-ci respectaient leur parole, quitte à laisser faire le pire par simple soucis d'apparence...

Non, Nell n'était définitivement pas du genre honorable ou du moins, pas dans ce sens là. Si l'ancien garde faisait toujours partie de la Garde d'Ombre et servait toujours Ulric le tyran, c'était pour une autre raison, une conviction qu'il avait toujours partagée avec la duchesse, la bienveillance envers le peuple. Longtemps avait-il réfléchi aux multiples façon de se venger. Pourtant, au fond tout ce qu'il risquait en passant à l'acte était de porter préjudice à la réputation de la Garde d'Ombre de causer la perte de celle-ci. Or ce n'était pas la garde régulière qui s'occupait de protéger les habitants du duché des goules, sorcières et autres maléfices surnaturels. Sans cette élite le peuple était laissé à lui-même dans les coins les plus reculés du territoire. Non, au fond Orsen avait bien raison de penser au peuple avant sa vengeance personnelle, même s'il s'agissait également de rendre justice à une Dame honorable. Veiller sur le peuple était le bon choix, c'est ce que la duchesse Émilie aurait souhaitée, il en était certain.

Cependant les activités au sein de la Garde d'Ombre n'effaçaient pas la terrible désillusion qui avait frappé Nell. La duchesse, Émilie, n'était plus et il ne pouvait rien y changer. La descente aux enfers fut aussi longue que douloureuse. Rien ne pouvait combler ce manque, cette bouffée de fraîcheur qu'il avait autrefois rien qu'en admirant sa splendeur. Il était prêt à tout pour ne passer rien qu'une fois sa main dans ses cheveux resplendissants et lui caresser la joue, partageant un regard complice avec celle pour qui il avait toujours éprouvé un sentiment véritable. Mais la réalité était bien différente, les nuits se faisant de plus en plus courtes, et les cauchemars de plus en plus fréquents. Chaque nuit le même rêve revenait encore et encore. La belle contemplait le soleil sur ce balcon où elle avait tant de fois converser avec lui, parlant de tout et de rien, de choses simples qui les faisaient parfois sourire, parfois rire. Puis le visage d'Émilie, grimaçant de douleur, laissait place au malaise. Les mains pressées sur son ventre elle appelait ses servantes qui accouraient au ralenti tandis que Nell savait déjà que le poison faisait effet. Émilie lui était ensuite arrachée, enfermée derrière les grandes portes closes, et chaque soir le verdict était le même, la duchesse avait périt... Cherchant à retrouver les rares rêves où il pouvait apprécier la présence d'Émilie, il commença à prendre des substances qu'il avait toujours su nocives. Retrouver Émilie était tout ce qui comptait, il le fallait, il ne pouvait plus rien apprécier sans elle. La réalité était devenue trop dure à supporter. Plus rien n'avait de goût ni de couleur, seul le noir qui rongeait peu à peu l'ancien garde. Bien qu'addictive la drogue parvint à l'effet escompté, Nell trouvant le réconfort dont il avait besoin dans ses rêves.

Les mois passèrent donc, l'ancien garde passant chaque journée à attendre la calme soirée pour inhaler la substance tant désirée. Toutefois là encore des événements se produisirent... La Garde d'Ombre vit ses membres terrassés les uns après les autres, les plus fervents partisans de l'ancienne duchesse ayant crié haut et fort au complot trépassant parmi les premiers. Le nouveau conseiller du duc était en train d'éliminer ses opposants progressivement, ce qui montrait bien que de Pallenpor n'était pas qu'un simple courtisan. Et cela ne s'arrêta pas là, le duc Ulric refusant de recruter de nouveaux postulants à la garde d'élite, ce qui était des plus étrange, l'effectif de la Garde d'Ombre se comptant vite sur les doigts de la main. Mais même amoindrie, la Garde devait faire son devoir, même si la survie de cet ordre respectable était en péril...
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Février 2016, 16:45 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
Une fois à l'intérieur des quartiers de la Garde d'Ombre, Nell put trouver le rapport journalier qu'avaient consultés ses camarades quelques heures plus tôt. La plupart des documents annexes avaient été emportés, ce qui signifiait qu'une seule affaire n'avait pas trouvé preneur - pas mal, pour une équipe aussi réduite. Malheureusement, une consultation de la carte lui permit de vérifier que la Croisée n'était pas exactement à côté, la journée était déjà bien avancée, et sa présence requise à Otrantebourg dès la fin de l'après-midi. Sans parler de la fatigue d'avoir déjà traversé la moitié du duché dans la matinée... S'il décidait de se rendre à la Croisée, l'aller-retour lui prendrait sûrement plus de temps que celui qu'il serait libre de passer sur place pour enquêter. Et avant toute chose, il lui fallait encore faire son rapport au capitaine Ruthberg sur les évènements de Tremontane.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Février 2016, 17:19 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
Ainsi se décida-t-il d'aller rejoindre le capitaine de la Garde d'Ombre prestement. Ce dernier faisait office de garde personnel du duc depuis quelques temps déjà et devait être avec ce dernier.


► Afficher spoiler
Je te laisse éditer si je dis des bêtises.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Mars 2016, 15:59 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
Nell Orsen quitta donc la caserne, et s'engagea sur le pont qui menait vers le Château.

Toutefois, alors qu'il avait franchi environ les deux tiers du trajet, un bruit derrière lui le fit se retourner. Un homme remontait lui aussi en courant le pont : le Garde lui attribua une trentaine d'années environ, dans une condition qui ne le portait guère aux exploits physiques - l'homme pantelait et ahanait pour maintenir le rythme de sa course, rythme qui n'avait rien d'extraordinaire non plus. Il était enveloppé dans un grand manteau de laine grossière, mais portait à son cou, en pendentif, le petit écu typique des plus fervents adeptes de la religion d'Ezra et, surtout, de son clergé.

L'homme s'arrêta pour reprendre son souffle quand il atteint la hauteur de Nell et tenta, entre deux lourdes respirations, de parler :

« Vous êtes... vous êtes bien... membre de la Garde d'Ombre... Il faut... Il faut que je vois... votre capitaine... c'est... c'est urgent... »

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Mars 2016, 16:11 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
Voyant qu'il s'agissait là d'une situation urgente, Orsen indiqua à l'inconnu de le suivre. Il faisait confiance à l'ezraïte. Aussi était-il plus simple que cet homme raconte directement son problème face au capitaine.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Mars 2016, 18:48 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur
Capitaine de la Garde d'Ombre.

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
Les deux hommes se hâtèrent à travers la cour et les couloirs du Château. Nell parvint seulement à arracher à l'homme qu'il était le père Pierre Sadoque, prêtre subalterne à la cathédrale. Enfin, après plusieurs demandes de renseignement sur l'endroit où ils pourraient trouver le capitaine Ruthberg, le duo débarqua dans une grande salle. Le capitaine, supervisant manifestement une demi-douzaine de membres de la garde régulière alignés le long des murs, se tenait non loin d'un petit groupe composé du duc Ulric en personne, de son Maître de Cérémonie et du Superviseur du Trésor, ainsi que quelques serviteurs que Nell ne connaissait pas. La discussion entre les trois hommes était assez animée et ils ne remarquèrent même pas l'irruption des deux nouveaux venus - contrairement à Geothren Ruthberg qui fit aussitôt signe aux gardes de concentrer toute leur attention sur le duc, et se dirigea d'un pas rapide vers eux.

« Content de vous revoir Orsen. Quelles nouvelles de Tremontane, et qu'est-ce qu'un prêtre d'Ezra fait avec vous ? »

Nell eut à peine le temps de saluer son chef d'une esquisse de génuflexion réglementaire et d'ouvrir la bouche que déjà l'ezraïte s'emparait de la parole, proférant à mi-voix, mais avec un débit rapide :

« Messire, c'est le *sentire*, monseigneur Gaspard Berthelot, il.... Il est arrivé un grand malheur... et.. et... et.... »

Pierre Sadoque se jeta presque sur le capitaine - qui mit aussitôt la main sur le pommeau de son arme, en défiance - pour murmurer quelque chose à son oreille. Quand il s'écarta un instant plus tard, Ruthberg étouffa un juron.

« Cela n'a pas de sens, » reprit le prêtre, « ce n'était pas... ce genre... »

Le capitaine de la Garde d'Ombre le fit taire d'un geste et se retourna vers Nell.

« Orsen, j'ai déjà eu vent de votre succès à l'Ouest dans les grandes lignes, et à moins que les détails que vous pourriez me donner maintenant soient urgents et d'importance, le reste devra attendre. Raccompagnez cet homme à la cathédrale et réquisitionnez au passage quelques membres de la garde régulière pour tenir le périmètre. Ils resteront à l'extérieur. Vous seul - et ce prêtre, bien sûr - entrerez à l'intérieur, et vous seul en sortirez jusqu'à nouvel ordre. Si vous croisez un de vos compagnons d'arme en ville, voyez s'il peut vous accompagner. »

Ruthberg s'approcha d'un pas et souffla à voix basse, les dents serrées, avec énervement : « Leur *sentire* a été retrouvé mort, et il semble bien que ce n'est même pas le pire de l'affaire... »

« Pas un mot en dehors de la cathédrale, » reprit-il en reprenant sa position, « l'information doit rester confidentielle tant que nous n'aurons pas de certitude. Et il vaudrait mieux que ce soit une question d'heures tout au plus. Faites au mieux et au plus vite pour établir ce qui s'est passé exactement, nous aviserons ensuite. Avec l'arrivée ce soir de la délégation borcane, ça ne pouvait pas tomber à pire moment... Espérons que ça ne soit qu'une horrible coïncidence. Rompez - et hâtez-vous. »

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Mars 2016, 21:39 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
L'urgence de la situation ayant été confirmée, Orsen hocha la tête avant de se mettre en route, toujours suivi par le prêtre d'ezra. Se rendant dans un premier temps à la caserne pour recruter des hommes, il ne justifia ce besoin que par "un ordre direct du capitaine Ruthberg", avant de se diriger une fois muni de sa petite troupe vers la cathédrale. Il était difficile d'imaginer ce qui l'y attendait. Aussi se contenta-t-il de ne pas y penser en veillant à ce que l'ezraïte se taise tant qu'ils marchaient toujours en public.

Arrivé sur place, il ordonna aux gardes de surveiller l'entrée.

« Plus personne ne sort ou n'entre jusqu'à mon retour ! », puis il pénétra avec le prêtre subalterne à l'intérieur le pas décidé.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Mars 2016, 22:50 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur
Gardien de la cathédrale d'Ezra.

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
Les pas des deux hommes les portèrent cette fois à travers la nef de la cathédrale dédiée à Ezra, puis, par une porte dérobée dans le chœur, au cloître où vivaient les membres du clergé.

« Nous n'avons pas vu le *sentire* ce matin... » commença l'anachorète une fois que leur marche les eut portés là. « Nous... nous sommes dits qu'il devait être fatigué... Il avait passé la soirée d'hier à s'occuper de préparatifs pour... la délégatio venue de Borca... Mais... enfin... passé une certaine heure... nous avons, euh... tapé à la porte... et... pas de réponse... Nous avons insisté... appelé... et puis.... nous avons vu du sang... du sang.... couler... sous la porte... en provenance de l'intérieur de sa cellule... Alors... nous avons défoncé la porte et c'est là que nous avons.... nous av...ons.... »

Les mots semblaient de plus en plus difficiles à sortir, mais avançant dans un couloir, Nell put deviner qu'il arrivait à sa destination : un petit attroupement de membres du culte visiblement désorientés se tenaient devant un porte. Le groupe s'écarta d'un même mouvement lorsque le Garde d'Ombre arriva à leur hauteur. La porte montrait effectivement des signes clairs d'avoir été forcée, et pas du premier coup. Nell la poussa et jeta un premier coup d'œil à l'intérieur et comprit immédiatement ce qui mettait tant en émoi ceux qui étaient venus le chercher.

La pièce comportait deux cadavres, déjà marqués par la lividité.

Celui de Mgr Gaspard Berthelot était recroquevillé au pied d'un grand miroir. Le sentire affichait une bonne soixantaine d'années, une certaine corpulence et un visage plutôt rond et presque entièrement chauve, si ce n'était pour une couronne de cheveux gris vers l'arrière du crâne. Vêtu d'une chemise de nuit, il tenait serrée dans sa main une dague. Du sang avait coulé de ses poignets aux veines sectionnées, et, suivant la légère déclivité du sol, avait constitué une petite rivière se répandant lentement jusque sous la porte.

Le deuxième cadavre se trouvait au fond de la pièce, dépassant partiellement des draps du lit. C'était celui d'un enfant d'une dizaine d'années, nu.

« Ce... ce n'était pas... ce genre d'homme » balbutia Pierre Sapoque derrière Nell, d'une voix éteinte. « C'est forcément une machination.... forcément une machination... »

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Mars 2016, 23:14 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
Dévisageant les ecclésiastiques proches de lui, un à un, Orsen réfléchit à la situation. Tant de questions sans réponses venaient le submerger...

« Personne ne quitte la cathédrale tant que je ne l'ai pas décidé.

Bon, pour commencer est-ce que quelqu'un reconnaît l'enfant ? Et cette dague... Monseigneur Berthelot en possédait-il une ? »



► Afficher spoiler
Je te laisse lancer le ou les jets de psychologie ? (je préfère que ce soit toi perso, mais je peux en lancer 10 en hrp si tu veux^^)

Pour info j'ai +13. Pour le moment Nell tente de repérer si l'un des hommes présents paraît suspect dans son comportement, pas autant sous le choc que les autres ou moins affecté.
Haut
 Profil  
 
×1 Message Publié : 02 Mars 2016, 18:56 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
Message secret pour le scalde.

Une prêtresse s'avança. C'était une demi-elfe, aux cheveux bruns et à la silhouette fine, apparemment encore assez jeune bien que s'apprêtant à rentrer dans l'âge mûr.

« La dague lui appartenait, en effet. Ou au moins nous l'avons déjà vu avec une très semblable à celle-ci... pour ce qu'on peut en juger sans aller examiner... de plus près. Mais l'enfant, non, personne ne l'a jamais vu ici. Ni lui, ni... aucun autre. Enfin je veux dire, en dehors de ceux qui viennent assister aux cérémonies, ou ce genre de choses. Mais pas... Enfin, je ne peux pas croire plus que Pierre que le *sentire* ait entretenu ce genre de... relations... d'activités.... Je doute qu'aucun de nous puisse y croire. »

► Afficher spoiler
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 27 (14)

La demi-elfe s'était avancée pour prendre la parole alors que d'autres semblaient être tout simplement incapables de parler ; mais cela ne signifiait sans doute pas qu'elle était moins affectée que les autres personnes présentes - plutôt qu'elle avait accompli un effort supplémentaire aux autres. Elle semblait sincère.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 03 Mars 2016, 14:31 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
« Bien... et personne ne manque à l'appel aujourd'hui ? Aucun prêtre ou acolyte n'est absent ? Rien d'inhabituel de ce côté là ? »

Les paroles du garde, même si Orsen était tourné vers le groupe, s'adressait surtout à la demi-elfe. Cependant c'était bien les autres prêtres qu'il regardait. Observant chacun de ceux-ci, l'enquêteur, qui avait toujours été physionomiste, commençait déjà à mémoriser les visages qui se tenaient devant lui, retenant qui était plus en retrait et qui l'était moins, qui semblait nerveux et qui semblait d'un calme déconcertant.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 07 Mars 2016, 22:57 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
« Non, personne. Personne d'autre que le *sentire* » répondit la demi-elfe.

Aucun des autres membres de la congrégation qu'observait Orsen n'avait un comportement suspect. Chacun à sa manière et à des degrés divers, ils semblaient tous plus ou moins marqués par l'émotion, le choc ou l'incrédulité face à la scène qu'ils avaient découverte au matin.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
×6 Message Publié : 12 Mars 2016, 18:34 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
À l'exception de la demi-elfe, toutes les autres personnes présentes étaient humaines. Outre elle et Pierre Sapoque, le groupe se composait d'une demi-douzaine de personnes.

► Afficher spoiler
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 30 (17)
Nell remarqua en particulier l'un des prêtres, qui semblait relativement âgé : un profil austère, effilé, malgré une barbe blanche qui rejoignait ce qu'il lui restait de cheveux, de même couleur. Son front dégarni laissait voire une cicatrice ancienne, assez impressionnante, montant au-dessus de l'arcade sourcilière gauche. Sous le flot d'émotions qu'il partageait avec les autres, l'œil acéré du Garde d'Ombre repéra quelque chose de particulier : même si le prêtre n'osait pas l'exprimer au grand jour, c'était plus de la colère qui perçait que du désespoir.

► Afficher spoiler
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 27 (14)
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 26 (13)
Deux autres personnages remarquables étaient deux prêtres, plutôt jeunes ceux-là - Nell leur donna tout au plus une trentaine d'années - et, à en juger par leur grande similarité physique, sans doute frères l'un de l'autre. De taille moyenne, les cheveux bruns coupés de la même manière, leurs profils, bien que n'ayant qui aurait attiré l'attention si l'un d'eux avait été sans l'autre, frappait par une ressemblance telle qu'on aurait presque pu les prendre pour des jumeaux. Ils semblaient également très affectés, mais prenaient sur eux pour tenter de rasséréner et de consoler ceux qui étaient encore plus touchés qu'eux.

► Afficher spoiler
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 17 (4)
Parmi ceux-ci, se trouvait le clerc le plus âgé du groupe. Ses cheveux blancs retombaient longuement en arrière sur le haut de son dos. Nell ne put toutefois pas juger au-delà de ça du personnage, qui lui tournait le dos, prenant appui sur le mur.

► Afficher spoiler
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 30 (17)
Psychologie: Algernon lance 1d20+13 et obtient 17 (4)
Enfin, une femme aux longs cheveux blonds, à la silhouette mince, se tenait, les yeux rougis de larmes, auprès du plus jeune membre du groupe, un très jeune homme - Nell pensa d'abord "un jeune garçon" - qui semblaient encore adolescent. C'était probablement juste un acolyte, et pas encore un prêtre. Comme tous les autres, ses traits étaient marqués par l'émotion, mais si Nell eut brièvement l'impression que quelque chose d'autre pouvait s'y mêler, il ne parvint pas sur le moment à l'identifier clairement.

Soudain, un bruit se fit entendre dans le couloir et les visages se tournèrent vers la source du bruit. De là où il était, Nell ne pouvait pas voir mais il reconnut le son caractéristique d'un homme marchant en armure.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 14 Mars 2016, 20:17 
Hors-ligne Paladin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jan 2015
Message(s) : 2545
Gerlat avança en observant le groupe, d'un air inquisiteur il observa le groupe qui semblait bouleversé. Ses yeux passèrent à un homme en armure qu'il reconnut après plusieurs secondes.
« Nell ? »

Les derniers pas se firent avec un franc sourire et précédèrent un salut en règle quoiqu'un peu décontracté.
« Nell, qu'est-ce que tu fais ici ? Tu as mis du temps, ça c'est bien passé ? Tu sais ce qui se passe ici ? »

Geralt remarqua l'aspect des religieux... Tête déconfites, yeux rouges et larmichettes... Quelque chose de grave c'est passé ici. Un disparu est probable ! et aperçut des regards fuyants et faisant des aller-retour vers l'intérieure d'une salle... Il y a un truc intéressant par là !
Un pas suffit à avoir un point de vue sur l'intérieure.

« Effectivement Nell, un rapport sur la situation serait bien ! »
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 15 Mars 2016, 18:04 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
S'approchant de son interlocuteur, Orsen commença à lui raconter tout ce qu'il savait en faisant bien attention à ne pas se faire entendre des autres personnes présentes sur place. Commençant par l'ordre du capitaine et son insistance sur le caractère confidentiel de l'affaire, Nell énonça les faits les uns après les autres d'un ton ton neutre et professionnel : le fait que personne ne devait quitter la cathédrale, le témoignage de Pierre Sapoque, celui de la demi-elfe, les réponses sur le possesseur de la dague et sur d'éventuels disparitions de suspects potentiels et, finalement, l'enfant que personne n'avait déclaré reconnaître.

Ayant terminé, il pénétra lentement dans la pièce avant d'aller se pencher dans un premier temps au-dessus du cadavre du sentire. Observant la position du corps, il s'intéressa ensuite aux coupures sur ses poignets, cherchant à déterminer si celles-ci étaient nettes ou si au contraire des marques d'hésitation étaient présentes.

► Afficher spoiler
@MJ : Je te laisse lancer les jets nécessaires s'il y en a besoin.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 18 Mars 2016, 19:42 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
► Afficher spoiler
On peut considérer que tu "fais 20" (c'est-à-dire que tu prends le temps de bien examiner). Même chose pour les autres aspects du corps ou des lieux, du moment que tu m'indiques ce que tu regardes et ce que tu recherches.

La trace sur le poignet gauche était parfaitement nette. Celle sur le poignet droit, celui de la main qui tenait le couteau, un tout petit peu moins.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 19 Mars 2016, 10:16 
Hors-ligne Paladin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jan 2015
Message(s) : 2545
Geralt passa la main sur sa nuque. Il manquait plus que ça !
« Vous savez s'il y a une chose inhabituelle dans la chambre ? Mise à part les deux cadavres bien sûr ! D'ailleurs... Il avait l'habitude de se genre de chose ?
Le corps à été découvert depuis combien de temps ? Quelqu'un est sorti entre-temps ? Il y a-t-il une autre entrée ou sortie ? »
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Mars 2016, 21:02 
Hors-ligne Gagnant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mai 2014
Message(s) : 2490
Localisation : Where the banshees live and they do live well
La suggestion sur "l'habitude" du sentire provoqua les mêmes récriminations que Nell avait déjà entendues. Plusieurs des clercs présents jurèrent qu'il n'en était rien, que la chose était impensable, que ce n'était pas du tout le caractère du prélat de s'intéresser à ce genre de pratiques. Si certains ne partageaient pas cet avis, ils se turent. On confirma également à Geralt qu'il avait fallu forcer la porte dans la matinée, que personne n'avait quitté les lieux depuis et que toutes les personnes attachées à la cathédrale étaient présentes.

La demande quant à la présence d'un objet inhabituel poussa la demi-elfe et le prêtre qui avait été chercher de l'aide au Château à inspecter les lieux, malgré la présence effectivement perturbante des deux corps et du sang. La prêtresse cilla en désignant brusquement une clé assez volumineuse posée, en évidence, sur un rebord d'étagère devant une rangée de livres.

« C'est étrange... ce n'est pas la clé de sa chambre. Et je ne vois pas de quoi il pourrait s'agir. »

Sapoque s'avança pour regarder l'objet à son tour.

« Ce ne serait pas une clé d'une des caves ? » demanda-t-il.

_________________
MIHI SOLI MVLTÆ PERSONÆ.
Haut
 Profil  
 
Message Publié : 23 Mars 2016, 14:25 
Hors-ligne Maître du jeu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Avr 2015
Message(s) : 3407
Orsen se retourna, écoutant la conversation avec intérêt. Il se rapprocha ensuite de Geralt qu'il prit à part :

« Je vais continuer de fouiller la pièce. Tu peux aller aux caves avec les deux témoins. »
Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 54 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce sujet : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en français • Utiliser phpBB avec un certificat SSL